le docteur Thorne

À propos

Le Docteur Thorne, qui a valu à Anthony Trollope son plus grand succès, constitue (en 1858) l'une des premières apparitions dans le roman anglais du personnage du médecin, appelé à un bel avenir littéraire. Les rapports entre le mariage et l'argent, dans une société inégalitaire mais mobile, sont au coeur d'une intrigue attachante. Le docteur Thorne, célibataire endurci, a recueilli chez lui sa nièce Mary, orpheline, qui est devenue une belle jeune fille. Il souffre de la voir mise à l'écart par la bonne société du village, du fait qu'elle est de naissance obscure et sans fortune. Elle ne saurait épouser celui qu'elle aime, Frank Gresham, un jeune héritier désargenté qui l'aime également, mais dont le devoir est d'épouser « une fortune » pour sauver le domaine familial hypothéqué. Trollope nous offre ici un magnifique roman d'amour, qui se distingue, comme toujours, par la richesse psychologique de ses personnages, l'intérêt de son étude de moeurs et son inspiration aimablement satirique. Traduit de l'anglais, préfacé et annoté par Alain Jumeau

Rayons : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9782213669595

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    528 Pages

  • Distributeur

    ePagine

  • Diffuseur

    Hachette

  • Entrepôt

    ePagine

  • Support principal

    ebook (ePub)

Anthony Trollope

Anthony Trollope (1815-1882), l'un des grands romanciers victoriens, est le fils d'un avocat et de la romancière Frances Trollope (La Veuve Barnaby, Archipoche). Il est nommé inspecteur des Postes en 1841 : c'est lui qui introduira la célèbre boîte postale rouge dans les rues anglaises. Il s'inspire des missives non distribuées pour cause de décès ou d'adresse incorrecte pour concevoir ses premiers romans divisés en deux cycles : les Barsetshire Novels, à intrigue ecclésiastique, et les Palliser Novels, autour de la vie politique – la sienne à partir de 1867. Belton Estate paraît en 1865 dans la Fortnightly Review, qu'il a fondée. Quelle époque ! (J'ai Lu, 2011), fresque sociale et satirique, paraît en 1875. Son ½uvre a été rééditée chez Fayard et Autrement.

empty