Les chants de Maldoror et autres textes

À propos

Edition enrichie (Préface, notes, annexes, chronologie et bibliographie)Lorsqu'en 1869, sous le pseudonyme de Lautréamont, Isidore Ducasse fait imprimer Les Chants de Maldoror, c'est un texte inclassable que le jeune poète de vingt-trois ans offre aux lecteurs. Cette épopée de la peur, des ténèbres et du mal, qui brandit son attirail de cruautés et fait sourdre un fond de terreur infantile dans les amples strophes de ses six chants, demeura à peu près sans écho à sa parution : il fallut donc attendre sa redécouverte par les surréalistes pour que ce livre où s'inaugure la transgression moderne prît sa vraie place. L' année suivante, les Poésies, dont on ignore si l'édition fut diffusée, démentaient leur titre en proposant, écrites en prose, un ensemble de maximes et de réflexions, acerbes parfois mais aiguës, sur la littérature et la morale. Le livre fut-il alors lu ? Quelques mois plus tard, Ducasse mourait mystérieusement.Édition préfacée, annotée et commentée par Jean-Luc Steinmetz.



Rayons : Littérature générale > Poésie

  • EAN

    9782253158615

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    446 Pages

  • Distributeur

    ePagine

  • Diffuseur

    Hachette

  • Entrepôt

    ePagine

  • Support principal

    ebook (ePub)

Lautréamont

  • Naissance : 4-4-1846
  • Décès :24-11-1870 (Mort il y a 152 ans à l'âge de 24 ans)
  • Pays : France
  • Langue : Francais

Fils d'un chancelier du consulat de France de Montevideo, Lautréamont, de son vrai nom Isidore Ducasse, commença ses études chez les jésuites, avant d'être envoyé en France pour préparer le concours d'entrée à l'École polytechnique, d'abord au lycée de Tarbes (1859), puis à celui de Pau (1863). Renonçant au concours pour des raisons mystérieuses, il vint se fixer définitivement à Paris en 1867. L'année suivante, il fit paraître à compte d'auteur et sous l'anonymat le premier des six Chants de Maldoror. Le recueil complet, signé cette fois du comte de Lautréamont, fut publié en 1869 et passa totalement inaperçu. Le même accueil fut réservé à ses fragments en prose (Poésies, 1870), rédigés peu de temps avant sa mort, dont les circonstances exactes ne furent jamais élucidées. Réédités en 1874 puis en 1890, les Chants de Maldoror donnèrent prise aux jugements les plus arbitraires (on prétendit notamment que Ducasse était atteint de folie), avant d'être remarqués par les symbolistes puis exaltés par les surréalistes. Louant cette littérature de la révolte, Breton écrivit : «!C'est au comte de Lautréamont qu'incombe peut-être la plus grande part de l'état de choses poétique actuel : entendez la révolution surréaliste!.» De son côté, Gracq voyait dans les Chants de Maldoror un «!torrent d'aveux corrosifs alimenté par trois siècles de mauvaise conscience littéraire!», estimant que cette œuvre était venue «!à point nommé pour corriger dans notre littérature un déséquilibre des plus graves!». De fait, on y trouve, pour la première fois dans la littérature française, une critique lucide du langage poétique. Célébré dès le premier chant, le thème du «!mal!» libère d'étranges forces obscures et salvatrices (celles de l'inconscient) que les chants!II et IV amplifient de résonances ténébreuses.

Isidore Ducasse

Or, parallèlement à cette glorification du mal, Lautréamont déploie un art de l'ironie sans précédent dans l'histoire des lettres, se livrant à un détournement en règle des traditions du récit populaire français et du roman noir gothique, apparu en Angleterre à la fin du XVIIIe siècle. Cette révolte blasphématoire se traduit sur le plan poétique par une sacralisation des fantasmes (spécialement perceptible dans le bestiaire du chant V). Quant aux Poésies, elles proposent une nouvelle manière de traiter la forme littéraire, renouvelant notamment le genre de la maxime, sous l'apparence d'un style désinvolte. Emporté par le flot quasi «!automatique!» de son débit verbal, Lautréamont s'y révèle un exceptionnel créateur de métaphores. L'exemple le plus caractéristique de cette capacité à concevoir de nouvelles images se trouve dans la série des «!Beau comme!.!» des chants V et VI, où l'auteur supprime un des deux termes de la comparaison, atteignant à la quintessence de l'effet poétique recherché par les surréalistes. Ici comme dans les Chants de Maldoror, le lecteur, sollicité par l'apostrophe et l'incantation, est prié d'accompagner l'écrivain jusqu'aux limites extrêmes de sa création : ainsi peut-il s'effacer («!La poésie personnelle a fait son temps!») et, à l'instar de son héros Maldoror, échapper à l'humanité pour servir «!les délires de la cruauté!».

empty