Germaine Leloy, la dernière guillotinée

À propos

Le mercredi 10 décembre 1947 à 23h15, le téléphone sonne à la gendarmerie de Baugé, gros bourg du Maine-et-Loire situé à une qua- rantaine de kilomètres d'Angers : un assassinat vient d'être commis au domicile des époux Leloy, marchands de charbon. Albert, le mari, a été retrouvé le crâne fendu. D'après Germaine, son épouse, un individu aurait fait irruption chez eux vers 23 heures, alors qu'Albert était déjà couché et qu'elle s'affairait à des travaux de couture. L'agresseur aurait violemment frappé son époux et l'aurait menacée avant de la blesser au visage et de s'enfuir avec toutes les économies du ménage. Rapidement, les fonctionnaires constatent des incohérences dans les déclarations de la veuve éplorée. Interrogée pendant près de vingt heures, Germaine Leloy finit par craquer : c'est elle qui a massacré son mari à coups de hache, avec la complicité de son amant, Raymond Boulissière, le jeune commis employé par le couple.
Commence alors une affaire judiciaire à la fois ordinaire - l'homicide conjugal est loin d'être rare dans les annales judiciaires - et excep- tionnelle, en ce sens que, condamnée à mort, Germaine Leloy sera la dernière femme à être guillotinée en France.
À travers son histoire, Catherine Valenti livre une réflexion sur le statut des femmes en France à la fin des années 1940, dans un pays encore marqué par la guerre. Quelle est la place des femmes au sein de la socié- té et de la famille, où en est alors l'émancipation féminine, comment la justice trait



  • EAN

    9782336941981

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    172 Pages

  • Action copier/coller

    Dans le cadre de la copie privée

  • Action imprimer

    Dans le cadre de la copie privée

  • Distributeur

    ePagine

  • Diffuseur

    Harmattan

  • Entrepôt

    Harmattan

  • Support principal

    ebook (ePub)

Catherine Valenti

Membre de l'équipe de recherche PLH-ERASME, Catherine VALENTI est maître de conférences en histoire contemporaine
à l'université de Toulouse-Jean Jaurès et travaille sur la réception de l'Antiquité du XIX e siècle à nos jours. Après avoir étudié
l'utilisation de l'Antiquité dans le domaine politique (à travers l'étude des références antiques dans l'idéologie d'extrême
droite, de l'Action française de Charles Maurras au Front national de Jean-Marie Le Pen), elle s'intéresse à présent aux
œuvres de fiction contemporaines qui intègrent des références à l'Antiquité.

empty