À propos

Complétant L'Autofictif que nous publions en même temps comme chaque année, ce court volume va permettre de confronter une forme contrainte par la nécessité qu'est le journal de confinement joliment dynamité par l'insolence légère d'un auteur qui croit peu à la beauté des on nombril au regard d'un dessinateur, François Ayroles, habile à faire ses gammes sur les tours de prison d'un écrivain plus que jamais en liberté.

Éric Chevillard est né en 1964 à La Roche-sur-Yon. Il est l'auteur d'une vingtaine de romans et textes brefs, notamment chez Minuit et Fata morgana. Depuis 2009, il donne sur son blog « L'Autofictif » chaque matin (sauf durant l'été où il s'octroie une pause dominicale bienvenue) trois courts billets dont l'ensemble est réuni annuellement en volume à L'Arbre vengeur. Son dernier livre, Monotobio, est paru en mars 2020.

  • EAN

    9782379411663

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    100 Pages

  • Poids

    2 365 Ko

  • Distributeur

    Harmonia Mundi

  • Diffuseur

    Harmonia Mundi

  • Entrepôt

    Eden Livres

  • Support principal

    ebook (ePub)

Eric Chevillard

Éric Chevillard est né en 1964 à La Roche-sur-Yon. Il publie principalement aux Éditions de Minuit à partir de la fin des années 1980. De 2011 à 2017, il remet la tradition du feuilleton au goût du jour dans Le Monde des livres. Sa chronique hebdomadaire y est illustrée par Jean-François Martin. Son roman Le Vaillant Petit Tailleur a reçu le prix Wepler en 2004. En 2014, il est lauréat du prix Vialatte pour l'ensemble de son œuvre. Son blog, L'Autofictif, dans lequel il publie quotidiennement, fait l'objet d'une publication annuelle aux éditions L'Arbre Vengeur depuis 2009. Dernier roman paru, Ronce-Rose (Minuit).

François Ayroles

François Ayroles, né en 1969 à Paris, vit aujourd'hui à Bordeaux. Dessinateur de presse, illustrateur jeunesse, il participe à des ouvrages collectifs de BD pour l'Association. Il a signé chez ce même éditeur Jean qui rit et Jean qui pleure (1995) et Incertain Silence (2001).

empty