Jean Zay et la gauche du radicalisme

À propos

Alors que le parti radical, entre les deux guerres notamment, apparaît comme un parti du centre, certains de ses leaders, comme Jean Zay, sont incontestablement des hommes de gauche. Quelle est donc l'identité de cette gauche ? Quelles en sont les composantes ? À quels idéaux se reconnaît-elle ? C'est à ces questions que ce livre répond, en explorant la gauche radicale, à partir de la Belle Epoque jusqu'à l'internement de Jean Zay à Riom dans la Résistance.
Ce parcours fait apparaître le radicalisme sous un jour renouvelé. Certes, on s'attendait à ce que des thèmes tels que la laïcité de l'État, l'importance de l'éducation, ou l'attachement aux usages parlementaires soient au centre des identités de cette gauche. Mais on découvre d'autres tendances : d'abord, la valorisation de la gauche comme telle, c'est-à-dire l'évidence du clivage gauche-droite. L'importance des questions internationales ensuite : cette gauche se distingue par ses positions en matière de défense nationale. Pour ces radicaux, la démocratie et la paix sont une seule et même cause. Enfin, ce livre montre la vitalité du débat politique à l'époque et donne à voir une culture politique d'un premier XXe siècle bien différente de la nôtre.
Le radicalisme ainsi revisité ne mérite pas le discrédit dans lequel il est tombé aux yeux de beaucoup : l'identité de la gauche du radicalisme réside dans l'affirmation du sérieux et de la noblesse de la politique.

Rayons : Sciences humaines & sociales > Sciences politiques & Politique > Sciences politiques généralités > Essais / Réflexions / Ecrits sur les sciences politiques

  • EAN

    9782724686326

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    250 Pages

  • Poids

    1 986 Ko

  • Distributeur

    C.D.E.

  • Diffuseur

    C.D.E.

  • Entrepôt

    Eden Livres

  • Support principal

    ebook (ePub)

Antoine Prost

Docteur en sciences politiques et en histoire, Antoine Prost a dirigé le Centre d'Histoire sociale du XXe siècle. Actuellement professeur émérite à l'Université de Paris I, il préside le Comité scientifique et pédagogique de la Fondation nationale de la Résistance, le Conseil scientifique du Mémorial de Verdun, ainsi que le Conseil scientifique de la Mission du Centenaire de la Première Guerre mondiale. Parmi ses nombreux essais, citons les plus récents : Penser la Grande Guerre : un essai d'historiographie (Seuil, 2004) et Du changement dans l'École - Les Réformes de l'éducation de 1936 à nos jours (Seuil, 2013).

empty