La bourrine ; roman du pays Maraichin

À propos

En 1913, Marc Elder obtenait le prix Goncourt avec son roman Le Peuple de la Mer dont l'action se situait sur l'île de Noirmoutier. En 1932, il faisait paraître La Bourrine, autre roman de terroir qui se déroule aussi en Vendée, dans le pays de Monts.
Voilà un court mais intense roman qui dépeint si justement, au travers de la lente agonie physique d'un riche paysan maraîchin, cette inéluctable fin de la race paysanne, pourtant si fière de ses traditions et de ses valeurs, qui se revendique même aristocrate de la terre cultivée...
Confronté, après la Première Guerre mondiale, au changement subit des mentalités, aux progrès techniques et à l'attractivité de la ville, le monde paysan pourtant si particulier du marais vendéen, voit les nouvelles générations abandonner la culture de la terre et les mentalités qu'elle a si longtemps forgées.
Une plongée quasi ethnologique au coeur de la Vendée maritime que l'auteur mène, dans un style à la fois littéraire et populaire, grâce à une connaissance intime et charnelle du pays, de ses moeurs, de son langage.
Un autre beau texte, après Le Peuple de la Mer, à redécouvrir de Marc Elder (de son vrai nom Marcel Tendron), né à Nantes (1884-1933), romancier, historien et en son temps, conservateur du château des ducs de Bretagne à Nantes.



Rayons : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9782824051093

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    158 Pages

  • Action copier/coller

    Dans le cadre de la copie privée

  • Action imprimer

    Dans le cadre de la copie privée

  • Partage

    Dans le cadre de la copie privée

  • Distributeur

    Immatériel

  • Diffuseur

    Immatériel

  • Entrepôt

    immatériel.fr

  • Support principal

    ebook (ePub)

Marc Elder

Son vrai nom était Marcel Tendron, un vrai Nantais, né le 31 octobre 1884. Il est décédé à Saint-Fiacre-sur-Maine en 1933. Marc Elder est un romancier de très grand talent. Il s'est passionné pour sa ville de Nantes et pour les choses de la mer. De tous les écrivains qui nous ont conté des histoires de marins, c'est sans doute lui qui était le plus au courant de ce dont il parlait, car il a su dépeindre d'une façon très vivante le monde maritime. Son roman, Le peuple de la mer, a été primé par le jury du Goncourt 1913 devant Le Grand Meaulnes d'Alain-Fournier, et Du côté de chez Swann de Proust.

empty