Les chardons du baragan
Offrir cet ebook

Les mots clés

Fiction

Les chardons du baragan

À propos

Texte intégral révisé suivi d'une biographie de Panaït Istrati. "Les chardons du Baragan" est sans doute l'oeuvre qui illustre le plus parfaitement, tant par les thèmes que par l'écriture, ce que Panaït Istrati a apporté d'unique à la littérature française. Roman d'apprentissage d'un enfant de la plaine du Baragan, en Valachie, qui, à la suite de son père, un pauvre marchand ambulant, sillonne les campagnes de la Roumanie encore presque féodale du début du XXe siècle, "Les chardons du Baragan" est aussi une sorte de roman picaresque exotique d'une étonnante puissance. Dans un français dépouillé de toute rhétorique, qui fait lever des images pleines de couleur et de relief, Panaït Istrati mêle le lyrisme et le réalisme, révèlant jusqu'à l'âme un monde de dénuement et de sauvagerie hanté par de splendides légendes et écrasé par les traditions de la servitude, mais qu'un incident fait basculer en un instant de la résignation désespérée dans la révolte.

Rayons : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9782824902531

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    144 Pages

  • Action copier/coller

    Dans le cadre de la copie privée

  • Action imprimer

    Dans le cadre de la copie privée

  • Partage

    Dans le cadre de la copie privée

  • Distributeur

    Immatériel

  • Diffuseur

    Immatériel

  • Entrepôt

    immatériel.fr

  • Support principal

    ebook (ePub)

Panaït Istrati

Romancier roumain de langue française né à Braïla en 1884, Panaït
Istrati adresse son premier roman à Romain Rolland et se lie d'amitié
avec lui. Dans les années vingt, il devient compagnon de route
du parti communiste et séjourne à plusieurs reprises en URSS,
mais devine dès 1927-1929 la réalité de la dictature stalinienne. Son
destin et sa réputation basculent lorsqu'il fait paraître Vers l'autre
flamme dans lequel il dénonce l'arbitraire du régime soviétique.
Victime d'une violente campagne de dénigrement de la part des
communistes, Istrati se retire en Roumanie, où il meurt de tuberculose
à Bucarest en 1935, à l'âge de 51 ans. Panaït Istrati, à l'oeuvre
interdite en France durant la seconde guerre mondiale, tombe alors
dans un oubli quasi complet pendant plusieurs décennies.

empty