Contre le peuple

À propos

Les populistes à l'épreuve de la philosophie.
Une idole affole le monde politique : le Peuple.
De l'extrême droite à l'extrême gauche en passant par les libéraux, tous les partis et leurs leaders se coiffent de cette idole. Or quel est ce Peuple dont les porte-parole veillent à ne jamais définir les contours ? Les pauvres, les classes moyennes, les provinciaux, les Français dits de souche, les diverses communautés culturelles, les martyrs de l'impôt ? Loin d'être une réalité identifiable, le Peuple n'est qu'un flatus vocis, un vent de bouche, que des blablateurs propulsent à pleins poumons du haut de leur podium pour ratisser large en période électorale ou pour mobiliser des suiveurs.
Vide de contenu, la notion de peuple permet à n'importe quelle foule de s'en prétendre l'incarnation et d'aller exprimer ses frustrations, ses indignations, ses bouffées paranoïaques, sur les nouvelles agoras digitales appelées réseaux sociaux. Animée de la " décence ordinaire " que lui prêtent les intellectuels convertis à George Orwell, cette foule y poursuit de sa vindicte les migrants, les sionistes, les élus, les médias, les " sachants " et tous les coupables supposés de ses malheurs ; elle y dénonce, surtout, la tyrannie tentaculaire des " élites ". Or, là encore, les " élites " ainsi visées n'ont rien d'une aristocratie, mais forment une petite plèbe de nantis dont l'ignorance hautement diplômée égale l'inculture décomplexée des mal-lotis. De même que le mot " peuple ", l'expression " les élites " désigne un être social fantasmatique. Ce sont des éléments de langage dont on connaît la fonction : remplacer la précision par le simplisme et, ainsi, aggraver la servitude intellectuelle.
" Ce pamphlet sera lu comme un manuel de résistance à la démagogie. "
Frédéric Schiffter fut professeur de philosophie. Il est l'auteur d'une quinzaine d'essais salués par la critique, et le lauréat du prix Décembre 2010 pour Philosophie sentimentale (Flammarion) et du prix Rive gauche à Paris 2016 pour son récit autobiographique On ne meurt pas de chagrin (Flammarion). En 2020 est paru son premier roman : Jamais la même vague (Flammarion).



Rayons : Sciences humaines & sociales > Sciences politiques & Politique > Vie politique française > Grands enjeux du débat actuel

  • EAN

    9782840498155

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    112 Pages

  • Poids

    839 Ko

  • Distributeur

    ePagine

  • Diffuseur

    Editis

  • Entrepôt

    ePagine

  • Support principal

    ebook (ePub)

Frédéric Schiffter

Frédéric Schiffter, né en 1956, enseigne la philosophie au lycée Cantau d'Anglet (Pyrénées-Atlantiques). Nourri de Montaigne, Schopenhauer et Cioran, il est l'auteur d'essais élégants et non-conformistes comme "Pensées d'un philosophe sous Prozac", "Métaphysique du frimeur" (Milan, 2002 et 2003) "Le Philosophe sans qualité" (Flammarion, 2006), "Philosophie sentimentale" (Flammarion, prix Décembre 2010), "Sur le blabla et le chichi des philosophes" (PUF, nouvelle édition, 2011) ou "La Beauté, une éducation esthétique" (Autrement, 2012). Dernier livre paru : "Le Charme des penseurs tristes" (Flammarion, 2013), un essai sur les philosophes tragiques.

empty