Machiavel et Savonarole ; la glace et le feu

  • XO 12 Février 2015

À propos

Max Gallo dresse le portrait de deux figures majeures du temps des Médicis. Deux destins exceptionnels qui renvoient à l'histoire de l'Europe et l'éclairent.
Au tournant des XVe et XVIe siècles, Florence exerce une fascination sur le monde. La République dirigée par les Médicis est enviée pour sa prospérité, ses splendeurs mais aussi ses intrigues.
Deux hommes, que tout oppose, cherchent à s'imposer dans la ville en dominant les consciences. Le premier, Jérôme Savonarole, a un tempérament de feu. Prédicateur exalté, ce dominicain prétend recevoir des messages de Dieu. Il remplit les églises, appelle à brûler les " vanités " : bijoux, parfums, jeux de cartes. Le nouveau maître de Florence provoque la fuite des Médicis jusqu'au jour où le pape l'excommunie. Il finit torturé, pendu, brûlé.
À l'inverse, Nicolas Machiavel, est la glace, la prudence, le calcul. Après l'exécution de Savonarole, cet ancien secrétaire de la Seigneurie, dont les Médicis se méfient tout autant, essaye de s'approcher du cercle enchanté du pouvoir. Il dispose pour cela d'une arme redoutable : sa plume. Machiavel dédie son essai, Le Prince, à Laurent le Magnifique.
Le machiavélisme est né ou l'art de conquérir et de conserver le pouvoir par la " ruse du renard " et la " force du lion ".



Rayons : Littérature générale > Romans & Nouvelles de genre > Roman historique

  • EAN

    9782845637696

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    273 Pages

  • Action copier/coller

    Non

  • Action imprimer

    Non

  • Poids

    2 153 Ko

  • Distributeur

    ePagine

  • Diffuseur

    Editis

  • Entrepôt

    ePagine

  • Support principal

    ebook (ePub)

Max Gallo

Agrégé d'histoire, docteur ès lettres, longtemps enseignant, Max Gallo a toujours mené de front une ½uvre d'historien, d'essayiste et de romancier. Il n'exerce plus de fonction politique depuis plusieurs années et se consacre tout entier à l'écriture. Il a été élu à l'Académie française le 31 mai 2007, au fauteuil du philosophe Jean-François Revel.

empty