L'anarchiste qui s'appelait comme moi

Traduction JEAN-MARIE SAINT-LU  - Langue d'origine : ESPAGNOL

À propos

Un jour de désoeuvrement, Pablo Martín Sánchez tape son nom dans un moteur de recherche. Par le plus grand des hasards, il se découvre un homonyme au passé héroïque : un anarchiste, condamné à mort en 1924. Férocement intrigué, il se pique au jeu de l'investigation et cherche à savoir qui était... Pablo Martín Sánchez le révolutionnaire. Happé, l'auteur se fond dans cette destinée tourbillonnante et picaresque, alternant le récit d'une épopée révolutionnaire dans le Paris des années 1920 où les faubourgs de Belleville abritent d'ardents imprimeurs typographes, et celui d'une jeunesse aventureuse en Espagne jusqu'à les faire converger en un dénouement... tragique. Épique, virevoltant, espiègle et foisonnant, L'anarchiste qui s'appelait comme moi dresse le portrait à la fois réaliste et rêvé des utopies montantes du tournant du XXe siècle, dans l'esprit des grands romans populaires où l'amitié, la trahison, l'amour et la peur sont les rouages invisibles qui font tourner le monde.



Rayons : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9791038700581

  • Disponibilité

    Disponible

  • Poids

    768 Ko

  • Distributeur

    C.D.E.

  • Diffuseur

    C.D.E.

  • Entrepôt

    Eden Livres

  • Support principal

    ebook (ePub)

Pablo Martín Sánchez

  • Naissance : 1-1-1977
  • Age : 44 ans
  • Pays : Espagne
  • Langue : Espagnol

Pablo Martín Sánchez s'est d'abord distingué avec Fricciones, finaliste du prix « La Tormenta en un Vaso » dans la catégorie meilleure révélation. Puis avec un premier roman imposant El anarquista que se llamaba como yo (L'Anarchiste qui s'appelait comme moi), primé Meilleure Première Œuvre par le journal El Cultural.
Entre-temps, il traduit Marcel Schwob, Alfred Jarry, Raymond Queneau, Bernard-Marie Koltès et Wajdi Mouawad, dont la traduction de Anima sera primée « el Premi Llibreter 2014 » (Meilleur roman étranger).
Ex-athlète, ex-comédien, ex-chercheur, Pablo Martín Sánchez devient écrivain après sa découverte de l'Oulipo lors d'un séjour à Paris. De retour en Espagne, il prépare une thèse au titre prometteur de L'Art de combiner des fragments : pratiques hypertextuelles dans la littérature oulipienne (Raymond Queneau, Italo Calvino, Georges Perec, Jacques Roubaud).
Pablo Martín Sánchez réside à Barcelone. Coopté par l'Oulipo, il y rejoint son ami Eduardo Berti en 2014. Frictions est son premier ouvrage traduit en français.

empty