Votre compte

Algérie, la désillusion

Akram Belkaid (contributor)

Benjamin Stora (contributor)

Christophe Barbier (preface_by)


En 2012, l'Algérie fêtera le cinquantième anniversaire de l'indépendance. Ce document complet rappelle grâce à un trésor d'archives issues de L'Express, véritable acteur de l'histoire, la "sale guerre" commentée par les plus grandes plumes de l'époque : Albert Camus, François Mauriac, Jean Daniel... et fait le point sur l'Algérie d'aujourd'hui avec les deux principaux historiens des deux camps, Benjamin Stora et Akram Belkaid.


A l'époque, L'Express était un journal engagé. Dès 1954, François Mauriac dénonçait la torture. L'Express, sous des plumes célèbres et celle de ses collaborateurs, dénonçait "la sale guerre" et se montrait favorable à l'indépendance. Sous la plume notamment de Jean Daniel, qui couvre la guerre jusqu'aux accord d'Evian, en 1962.
Après une première partie qui fait le point sur l'Algérie d'aujourd'hui, c'est un trésor d'archives que Dominique Lagarde nous fait revivre en troisième partie de cet ouvrage, puisque L'Express est le seul news à avoir couvert activement toute cette période. En recontextualisant les archives et en les commentant, l'auteur nous fait revivre la bataille pour l'indépendance puis la suite désastreuse, la militarisation du pays, la montée de l'islamisme.
Dans une seconde partie, Benjamin Stora et Akram Belkaid, deux éminents spécialistes de l'Algérie, l'un côté français, l'autre côté algérien, débattent ensemble et font le constat de l'immense gâchis tant sur le plan économique que politique. Les indicateurs de développement humains placent l'Algérie derrière les autres Etats du Maghreb alors que le pays est, de loin, celui qui dispose des richesses naturelles les plus importantes. Les citoyens se sentent méprisés par un Etat autiste face à leurs revendications : entre la France et l'Algérie, les relations, cinquante ans après l'indépendance, demeurent difficiles. Elles sont d'autant plus passionnelles que plus d'un million d'Algériens vivent en France et les enjeux de mémoire restent, de part et d'autre, compliqués. L'algérie étant en attente d'un acte de "repentance", tandis que la France se contente de la " reconnaissance des faits ".

Ce livre est classé dans les catégories :

10,99 €
?

Version papier

13,49 €

Ebook protégé

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier avec la technologie Adobe DRM.

Pour lire ce livre ou le charger sur votre support de lecture, un logiciel propriétaire est nécessaire. En savoir plus.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Algérie, la désillusion”

Fiche technique

Résumé

En 2012, l'Algérie fêtera le cinquantième anniversaire de l'indépendance. Ce document complet rappelle grâce à un trésor d'archives issues de L'Express, véritable acteur de l'histoire, la "sale guerre" commentée par les plus grandes plumes de l'époque : Albert Camus, François Mauriac, Jean Daniel... et fait le point sur l'Algérie d'aujourd'hui avec les deux principaux historiens des deux camps, Benjamin Stora et Akram Belkaid.


A l'époque, L'Express était un journal engagé. Dès 1954, François Mauriac dénonçait la torture. L'Express, sous des plumes célèbres et celle de ses collaborateurs, dénonçait "la sale guerre" et se montrait favorable à l'indépendance. Sous la plume notamment de Jean Daniel, qui couvre la guerre jusqu'aux accord d'Evian, en 1962.
Après une première partie qui fait le point sur l'Algérie d'aujourd'hui, c'est un trésor d'archives que Dominique Lagarde nous fait revivre en troisième partie de cet ouvrage, puisque L'Express est le seul news à avoir couvert activement toute cette période. En recontextualisant les archives et en les commentant, l'auteur nous fait revivre la bataille pour l'indépendance puis la suite désastreuse, la militarisation du pays, la montée de l'islamisme.
Dans une seconde partie, Benjamin Stora et Akram Belkaid, deux éminents spécialistes de l'Algérie, l'un côté français, l'autre côté algérien, débattent ensemble et font le constat de l'immense gâchis tant sur le plan économique que politique. Les indicateurs de développement humains placent l'Algérie derrière les autres Etats du Maghreb alors que le pays est, de loin, celui qui dispose des richesses naturelles les plus importantes. Les citoyens se sentent méprisés par un Etat autiste face à leurs revendications : entre la France et l'Algérie, les relations, cinquante ans après l'indépendance, demeurent difficiles. Elles sont d'autant plus passionnelles que plus d'un million d'Algériens vivent en France et les enjeux de mémoire restent, de part et d'autre, compliqués. L'algérie étant en attente d'un acte de "repentance", tandis que la France se contente de la " reconnaissance des faits ".

Biographie de Dominique Lagarde

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire