Votre compte

Allemagne, les chemins de l’unité


Depuis quelque temps, notre partenaire privilégié dans l'Union européenne nous fascine et nous irrite à la fois. Première puissance économique européenne, l'Allemagne semble aujourd'hui abandonner cette retenue qui caractérisait jusqu'ici sa politique extérieure et européenne pour exercer un leadership politique de fait dans une Europe qui se cherche. Il est vrai qu'en cela l'Allemagne défend désormais, plus que par le passé, ses intérêts nationaux légitimes. Cette évolution ne traduit pas tant la volonté d'affirmer une quelconque suprématie politique puisque la République fédérale, qui n'a reconquis sa pleine souveraineté qu'en 1990 avec l'Unité allemande, en a alors immédiatement rétrocédé une grande partie à l'UE dans des domaines vitaux, au premier rang desquels celui de la monnaie. Le fait qu'elle tienne désormais à jouer pleinement son rôle dans le gouvernement partagé de l'Union procède plutôt d'une nouvelle identité qui a émergé au fil des générations. Cette identité se nourrit de l'expérience des épreuves surmontées, et surtout de la confiance acquise dans la capacité des décideurs publics et privés, comme de la société dans son ensemble, à édifier un système démocratique, économique, social et monétaire durable qui résiste aux chocs d'un monde imprévisible et instable. Assumant pleinement leur passé, les Allemands ont en même temps acquis la conscience du chemin parcouru, de la stabilité de ce qu'ils ont reconstruit, et aussi de la nécessité de le préserver en affrontant courageusement l'avenir. C'est cette identité collective qui explique que l'Allemagne se présente, aujourd'hui, pleinement souveraine en elle-même, c'est-à-dire consciente de ses acquis et de son expérience, fière de ses principes et de ses valeurs, confiante dans sa capacité à proposer des choix aux Européens et à en assumer les responsabilités. Comment cette nouvelle Allemagne « souveraine » s'est-elle construite, et sur quels fondements ? C'est ce cheminement, à trajectoires multiples et imbriquées, que tentent de retracer et d'éclairer les contributions de cet ouvrage. En douze tableaux, les auteurs, spécialistes éminents ou experts confirmés associés au « réseau de compétences » du CIRAC, présentent la (re)construction patiente et raisonnée des fondations, le séisme libérateur et créateur que fut la réunification allemande et européenne, et les perplexités d'un pilotage à plusieurs dans un monde tout à la fois global et multipolaire. À la lecture de ces tableaux, il apparaît surtout que ce qui fait l'unité de l'Allemagne d'aujourd'hui, et en même temps sa réussite, c'est en réalité une dynamique : celle de la quête permanente d'un équilibre durable dans l'acceptation et la gestion collectivement assumées du changement. Un bilan éclairant pour une Europe perplexe. René Lasserre Directeur du CIRAC Professeur à l’Université de Cergy-Pontoise

Ce livre est classé dans les catégories :

9,99 €
?
Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Allemagne, les chemins de l’unité”

Fiche technique

Résumé

Depuis quelque temps, notre partenaire privilégié dans l'Union européenne nous fascine et nous irrite à la fois. Première puissance économique européenne, l'Allemagne semble aujourd'hui abandonner cette retenue qui caractérisait jusqu'ici sa politique extérieure et européenne pour exercer un leadership politique de fait dans une Europe qui se cherche. Il est vrai qu'en cela l'Allemagne défend désormais, plus que par le passé, ses intérêts nationaux légitimes. Cette évolution ne traduit pas tant la volonté d'affirmer une quelconque suprématie politique puisque la République fédérale, qui n'a reconquis sa pleine souveraineté qu'en 1990 avec l'Unité allemande, en a alors immédiatement rétrocédé une grande partie à l'UE dans des domaines vitaux, au premier rang desquels celui de la monnaie. Le fait qu'elle tienne désormais à jouer pleinement son rôle dans le gouvernement partagé de l'Union procède plutôt d'une nouvelle identité qui a émergé au fil des générations. Cette identité se nourrit de l'expérience des épreuves surmontées, et surtout de la confiance acquise dans la capacité des décideurs publics et privés, comme de la société dans son ensemble, à édifier un système démocratique, économique, social et monétaire durable qui résiste aux chocs d'un monde imprévisible et instable. Assumant pleinement leur passé, les Allemands ont en même temps acquis la conscience du chemin parcouru, de la stabilité de ce qu'ils ont reconstruit, et aussi de la nécessité de le préserver en affrontant courageusement l'avenir. C'est cette identité collective qui explique que l'Allemagne se présente, aujourd'hui, pleinement souveraine en elle-même, c'est-à-dire consciente de ses acquis et de son expérience, fière de ses principes et de ses valeurs, confiante dans sa capacité à proposer des choix aux Européens et à en assumer les responsabilités. Comment cette nouvelle Allemagne « souveraine » s'est-elle construite, et sur quels fondements ? C'est ce cheminement, à trajectoires multiples et imbriquées, que tentent de retracer et d'éclairer les contributions de cet ouvrage. En douze tableaux, les auteurs, spécialistes éminents ou experts confirmés associés au « réseau de compétences » du CIRAC, présentent la (re)construction patiente et raisonnée des fondations, le séisme libérateur et créateur que fut la réunification allemande et européenne, et les perplexités d'un pilotage à plusieurs dans un monde tout à la fois global et multipolaire. À la lecture de ces tableaux, il apparaît surtout que ce qui fait l'unité de l'Allemagne d'aujourd'hui, et en même temps sa réussite, c'est en réalité une dynamique : celle de la quête permanente d'un équilibre durable dans l'acceptation et la gestion collectivement assumées du changement. Un bilan éclairant pour une Europe perplexe. René Lasserre Directeur du CIRAC Professeur à l’Université de Cergy-Pontoise

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire