Votre compte

Anonymous


Il y a presque dix ans – avant WikiLeaks, Occupy Wall Street et le Printemps arabe –, l’anthropologue Gabriella Coleman se plongeait dans l’étude d’un phénomène mondial alors en pleine expansion: la communauté de hackers au masque désormais célèbre, Anonymous. Après quelques mois, elle était devenue si étroitement liée au groupe – tantôt confidente, tantôt interprète ou porte-parole – que ce statut ambigu, atypique, avait pris une place centrale dans son travail. C’est depuis cette zone liminaire que ce récit entreprend de cerner la nébuleuse, à la manière d’un journal d’enquête anthropologique. Son immersion étonnante dans la sous-culture d’Anonymous, Gabriella Coleman l’enrichit de témoignages obtenus auprès de hackers célèbres en pleine action. S’y chuchote, dans l’ombre de la figure légendaire du trickster, la jubilation du «lulz» – le plaisir de jouer des sales tours, la délectation du «trolling», l’exaltation de la piraterie. Une forme naissante et rageuse d’activisme s’y déclare aussi haut et fort, qui aura le succès que l’on connaît. Sans rien céder aux charmes de l’anecdote, l’ouvrage pense plus largement l’action directe dans le cyberespace, en creusant notamment la question de l’éthique du «hacking». Il examine dans le même temps les mécanismes de répression conçus par les autorités pour contrer cette nouvelle forme de contestation. Cette étude sur Anonymous est indubitablement la plus complète et la plus rigoureuse existant à ce jour.

Ce livre est classé dans les catégories :

14,99 €
?

Ebook protégé par filigrane

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier par filigrane (ou watermarking). Ce filigrane permet de relier le fichier à son propriétaire via l’apposition d’un filigrane visible ou invisible sur le fichier.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Anonymous”

Fiche technique

Résumé

Il y a presque dix ans – avant WikiLeaks, Occupy Wall Street et le Printemps arabe –, l’anthropologue Gabriella Coleman se plongeait dans l’étude d’un phénomène mondial alors en pleine expansion: la communauté de hackers au masque désormais célèbre, Anonymous. Après quelques mois, elle était devenue si étroitement liée au groupe – tantôt confidente, tantôt interprète ou porte-parole – que ce statut ambigu, atypique, avait pris une place centrale dans son travail. C’est depuis cette zone liminaire que ce récit entreprend de cerner la nébuleuse, à la manière d’un journal d’enquête anthropologique. Son immersion étonnante dans la sous-culture d’Anonymous, Gabriella Coleman l’enrichit de témoignages obtenus auprès de hackers célèbres en pleine action. S’y chuchote, dans l’ombre de la figure légendaire du trickster, la jubilation du «lulz» – le plaisir de jouer des sales tours, la délectation du «trolling», l’exaltation de la piraterie. Une forme naissante et rageuse d’activisme s’y déclare aussi haut et fort, qui aura le succès que l’on connaît. Sans rien céder aux charmes de l’anecdote, l’ouvrage pense plus largement l’action directe dans le cyberespace, en creusant notamment la question de l’éthique du «hacking». Il examine dans le même temps les mécanismes de répression conçus par les autorités pour contrer cette nouvelle forme de contestation. Cette étude sur Anonymous est indubitablement la plus complète et la plus rigoureuse existant à ce jour.

Biographie de Gabriella Coleman

Docteure en anthropologie, Gabriella Coleman dirige aujourd’hui la chaire Wolfe en littératie scientifique et technologique de l’Université McGill. Elle est considérée comme la spécialiste d'Anonymous et intervient régulièrement dans les médias pour parler du phénomène et décrire les mécanismes coercitifs et les préjugés dont ils sont la cible.

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire