Votre compte

Apprendre à perdre


Nous expérimentons tous, à un moment ou un autre, intimement ou collectivement, la perte : meurtre de masse et deuils collectifs ; craintes fantasmatiques de perte d’identités culturelles, nationales ou territoriales ; perte de l’identité personnelle dans les maladies neurodégénératives ; précarité et perte de statut social ou des conditions matérielles d’existence ; mais aussi critique de la propriété et volonté de désappropriation et de dépossession. Toutes ces expériences font saillir une catégorie étrange qui flotte entre l’être et le non-être : ce que l’on perd, ce qui est perdu. Au titre de reste insignifiant, ce qui est perdu est l’élément essentiel d’une structure économique qui s’étend de la vie des affects au champ politique et à l’éthique (ce qui ne peut être perdu sans menacer l’être-même). Cet essai original retrace le parcours qui va des expériences multiples de la perte (deuil, pauvreté, oubli, nostalgie, sacrifice) aux structures qu’elles mettent en lumière (économie, jeu, histoire) et qui constituent les fondements anthropologiques des cultures et des individus d’aujourd’hui. On y croisera au passage des auteurs tel que Freud, Derrida, Rilke, Agamben, François d’Assise, Benjamin, Hegel, Ricoeur, Bataille, Kundera, Beckett, Canetti...

15,99 €
?

Version papier

21,80 €

Ebook PDF

Ce format de livre numérique est plus adapté aux grands écrans (ordinateur & tablette) qu'aux petits écrans (liseuse et smartphone) car il ne permet pas d'adapter la taille de la police d'écriture.

Ebook protégé

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier avec la technologie Adobe DRM.

Pour lire ce livre ou le charger sur votre support de lecture, un logiciel propriétaire est nécessaire. En savoir plus.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Apprendre à perdre”

Fiche technique

Résumé

Nous expérimentons tous, à un moment ou un autre, intimement ou collectivement, la perte : meurtre de masse et deuils collectifs ; craintes fantasmatiques de perte d’identités culturelles, nationales ou territoriales ; perte de l’identité personnelle dans les maladies neurodégénératives ; précarité et perte de statut social ou des conditions matérielles d’existence ; mais aussi critique de la propriété et volonté de désappropriation et de dépossession. Toutes ces expériences font saillir une catégorie étrange qui flotte entre l’être et le non-être : ce que l’on perd, ce qui est perdu. Au titre de reste insignifiant, ce qui est perdu est l’élément essentiel d’une structure économique qui s’étend de la vie des affects au champ politique et à l’éthique (ce qui ne peut être perdu sans menacer l’être-même). Cet essai original retrace le parcours qui va des expériences multiples de la perte (deuil, pauvreté, oubli, nostalgie, sacrifice) aux structures qu’elles mettent en lumière (économie, jeu, histoire) et qui constituent les fondements anthropologiques des cultures et des individus d’aujourd’hui. On y croisera au passage des auteurs tel que Freud, Derrida, Rilke, Agamben, François d’Assise, Benjamin, Hegel, Ricoeur, Bataille, Kundera, Beckett, Canetti...

Biographie de Vincent Delecroix

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire