Votre compte

Au cœur du football


Le football est une fête. L'idéal serait de ne jamais en interrompre le jeu, de laisser celui-ci se développer sans en contrarier le cours ; en fait, je n'ai jamais aimé siffler, car c'est casser le rythme du match, en briser la beauté. D'une certaine manière, c'est aussi aller contre l'esprit du jeu, tel que l'ont défini les textes qui en régissent les lois. Vous imaginez bien qu'on ne peut pas ne pas siffler, ce serait trop beau, on doit malgré tout faire respecter les règles. À cette fin, nous autres, arbitres, n'avons qu'une fraction de seconde pour savoir s'il y a effectivement faute et, si faute il y a, pour savoir si elle lèse vraiment l'équipe de l'agressé : la règle de l'avantage est d'autant plus fragile qu'elle est capitale. Si elle est laissée au libre-arbitre de l'homme en noir, c'est à chacun, joueurs et spectateurs, de la comprendre, de la défendre et de la protéger, car c'est d'elle que dépend l'esprit du jeu. Après tant de matchs, plus d'un millier, même s'il m'est arrivé parfois de me tromper, je voudrais au moins laisser le souvenir d'un homme honnête qui n'a jamais privilégié quiconque, sinon la seule beauté du sport que j'aime par-dessus tout.

Ce livre est classé dans les catégories :

6,99 €
?

Version papier

10,04 €

Ebook PDF

Ce format de livre numérique est plus adapté aux grands écrans (ordinateur & tablette) qu'aux petits écrans (liseuse et smartphone) car il ne permet pas d'adapter la taille de la police d'écriture.

Ebook protégé par filigrane

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier par filigrane (ou watermarking). Ce filigrane permet de relier le fichier à son propriétaire via l’apposition d’un filigrane visible ou invisible sur le fichier.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Au cœur du football”

Fiche technique

Résumé

Le football est une fête. L'idéal serait de ne jamais en interrompre le jeu, de laisser celui-ci se développer sans en contrarier le cours ; en fait, je n'ai jamais aimé siffler, car c'est casser le rythme du match, en briser la beauté. D'une certaine manière, c'est aussi aller contre l'esprit du jeu, tel que l'ont défini les textes qui en régissent les lois. Vous imaginez bien qu'on ne peut pas ne pas siffler, ce serait trop beau, on doit malgré tout faire respecter les règles. À cette fin, nous autres, arbitres, n'avons qu'une fraction de seconde pour savoir s'il y a effectivement faute et, si faute il y a, pour savoir si elle lèse vraiment l'équipe de l'agressé : la règle de l'avantage est d'autant plus fragile qu'elle est capitale. Si elle est laissée au libre-arbitre de l'homme en noir, c'est à chacun, joueurs et spectateurs, de la comprendre, de la défendre et de la protéger, car c'est d'elle que dépend l'esprit du jeu. Après tant de matchs, plus d'un millier, même s'il m'est arrivé parfois de me tromper, je voudrais au moins laisser le souvenir d'un homme honnête qui n'a jamais privilégié quiconque, sinon la seule beauté du sport que j'aime par-dessus tout.

Biographie de Robert Wurtz

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire