Votre compte

Au commencement, il n’y avait rien


Un sourd mal-être ronge les jours de Carlo. Lassitude et désenchantement ont pris possession de l’âme de cet instituteur qui se replie sur lui-même quand il n’est pas gagné par de brusques montées de rage. Même son mariage avec Jeanne lui apparaît maintenant dans sa fade réalité : juste un simulacre dont il est à présent prisonnier. Seuls moments où il peut être lui-même : ceux passés avec Karl, étrange ascète qui a investi le vieux bunker caché dans les dunes. Et soudain, comme un rai de lumière qui viendrait percer la grisaille quotidienne : Juliette. Inattendue, inespérée, salvatrice. Elle semble l’attendre à la plage. à un sujet qui aurait pu la maintenir dans les voies étroites du roman purement sentimental, M. Lebeau impose, tout au long du récit, des notes métaphysiques et psychologiques qui aboutissent à bien plus qu’une œuvre sur la passion adultère. En effet, il est encore question du cheminement d’un homme vers une forme de spiritualité empreinte de symboles. Dans la solitude du grenier où il s’est réfugié, il affrontera ses doutes, ses peurs, ses lâchetés. Bibliothécaire à ses heures, il comprendra que, malgré tous les livres publiés, l’Homme ne sait encore « ni lire, ni écrire » les mystères de l’Univers. Ce roman est aussi la chronique d’un village, avec son bistro, ses boutiques, son école, son cimetière au pied des dunes...

Ce livre est classé dans les catégories :

13,99 €
?
Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Au commencement, il n’y avait rien”

Fiche technique

Résumé

Un sourd mal-être ronge les jours de Carlo. Lassitude et désenchantement ont pris possession de l’âme de cet instituteur qui se replie sur lui-même quand il n’est pas gagné par de brusques montées de rage. Même son mariage avec Jeanne lui apparaît maintenant dans sa fade réalité : juste un simulacre dont il est à présent prisonnier. Seuls moments où il peut être lui-même : ceux passés avec Karl, étrange ascète qui a investi le vieux bunker caché dans les dunes. Et soudain, comme un rai de lumière qui viendrait percer la grisaille quotidienne : Juliette. Inattendue, inespérée, salvatrice. Elle semble l’attendre à la plage. à un sujet qui aurait pu la maintenir dans les voies étroites du roman purement sentimental, M. Lebeau impose, tout au long du récit, des notes métaphysiques et psychologiques qui aboutissent à bien plus qu’une œuvre sur la passion adultère. En effet, il est encore question du cheminement d’un homme vers une forme de spiritualité empreinte de symboles. Dans la solitude du grenier où il s’est réfugié, il affrontera ses doutes, ses peurs, ses lâchetés. Bibliothécaire à ses heures, il comprendra que, malgré tous les livres publiés, l’Homme ne sait encore « ni lire, ni écrire » les mystères de l’Univers. Ce roman est aussi la chronique d’un village, avec son bistro, ses boutiques, son école, son cimetière au pied des dunes...

Biographie de Mireille Lebeau

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire