Votre compte

Autant la mer


On connaît les dessins de François Matton. Ils ont cette si belle qualité de laisser place non seulement au rêve mais aussi, mais surtout, à une pensée flottante où l'interrogation sur le sens de nos vies est à chaque trait de plume présente. Cela tient sans doute à ce dessin à la fois net, qui participe de la ligne claire, mais aussi curieusement tremblé, qui l'en éloigne. Cela tient aussi au rythme si particulier des histoires qu'il raconte : avec des ralentissements, des répétitions qui n'en sont pas, des ellipses soudaines qui génèrent une douce déstabilisation. D'où ce flottement si caractéristique, si oriental finalement. D'où cette troublante séduction qu'exercent ses livres sur nous.

Ce livre est classé dans les catégories :

11,99 €
?

Version papier

11,21 €

Ebook PDF

Ce format de livre numérique est plus adapté aux grands écrans (ordinateur & tablette) qu'aux petits écrans (liseuse et smartphone) car il ne permet pas d'adapter la taille de la police d'écriture.

Ebook protégé

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier avec la technologie Adobe DRM.

Pour lire ce livre ou le charger sur votre support de lecture, un logiciel propriétaire est nécessaire. En savoir plus.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Autant la mer”

Fiche technique

  • Auteur : François Matton
  • Éditeur : POL Editeur
  • Collection : Fiction
  • Date de parution : 08/03/11
  • EAN : 9782818003398
  • Format : PDF
  • Nombre de pages: 126
  • Protection : Contenu protégé

Résumé

On connaît les dessins de François Matton. Ils ont cette si belle qualité de laisser place non seulement au rêve mais aussi, mais surtout, à une pensée flottante où l'interrogation sur le sens de nos vies est à chaque trait de plume présente. Cela tient sans doute à ce dessin à la fois net, qui participe de la ligne claire, mais aussi curieusement tremblé, qui l'en éloigne. Cela tient aussi au rythme si particulier des histoires qu'il raconte : avec des ralentissements, des répétitions qui n'en sont pas, des ellipses soudaines qui génèrent une douce déstabilisation. D'où ce flottement si caractéristique, si oriental finalement. D'où cette troublante séduction qu'exercent ses livres sur nous.

Biographie de François Matton

François Matton est né à Paris en mars 1969. Enfance heureuse et insouciante perturbée par de violentes crises d’asthme. Bon élève dès la maternelle (bien qu’un peu effacé), il le restera jusqu’à la fin de ses études aux Beaux-Arts de Reims et de Nantes. Vivant de peu, se contentant d’un rien, son existence frappe par son absence totale de faits remarquables : aucun voyage à l’étranger, aucune aventure amoureuse, aucune rencontre fondatrice, aucune ambition sociale, nulle tentative de sortir de l’ordinaire. Il passe beaucoup de temps dans les bibliothèques municipales à feuilleter tout ce qui lui tombe sous les yeux : de vieux romans jaunis, des guides de voyage aux quatre coins du monde, des récits d’aventures exaltés, des bandes dessinées écornées, des ouvrages mystiques, des livres de recettes. Mis à part de fréquentes promenades non loin de chez lui, son unique plaisir consiste à rester seul dans son appartement à ne rien faire. Il a d’ailleurs pour cela une disposition qui, pour le coup, semble exceptionnelle. C’est un peu comme si ne rien faire coïncidait chez lui avec le plus grand sentiment d’être. Être quoi ? Essentiellement rien – et c’est de cela qu’il tire sa joie. La conscience de n’être rien l’amène au cœur du monde. N’étant rien, il prétend se faire espace d’accueil pour tout. Et c’est précisément cette ouverture qui le pousse à dessiner ce qu’il appelle « les infinies manifestations du même ». Il voit dans sa pratique du dessin, qu’il lie à l’écriture, une façon de célébrer tout ce qu’il perçoit : le plus proche comme le plus lointain, le plus trivial comme le plus noble, le plus grave comme le plus léger. Tout vient se placer sur sa feuille sans aucune hiérarchie. Tous les registres se mêlent indifféremment, ce qui donne lieu à de curieuses rencontres. C’est là que commence et finit la seule curiosité d’une existence des plus effacées.

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire