Votre compte

Bellone ou la Pente de la guerre


Cet ouvrage, méconnu, de Roger Caillois, servi par une incroyable érudition, présente un propos original sur la guerre, et fait tomber quelques idées reçues, notamment sur l’humanisme pacifiant, l’égalité et les droits de l’homme. La guerre, d’abord limitée, réglée par l’honneurs, et le fait d’une caste guerrière, devient, avec l’apparition de l’État moderne et de la démocratie, le fondement et la préoccupation principale de la vie politique. Pour Caillois, la guerre remplit aussi dans la société mécanisée la même fonction que la fête dans la société primitive : elle exerce la même fascination et « constitue la seule manifestation du sacré que le monde contemporain ait su produire, à la mesure des moyens et des ressources gigantesques dont il dispose ». Bellone, écrit au début des années 1950, n’est pas seulement une dénonciation de la « guerre totale » et du nazisme, mais montre la pente qui conduit de la démocratie au totalitarisme. En couverture : Jean-Louis-Ernest Meissonier, Allégorie du Siège de Paris, huile sur toile, 1870, Paris, Musée d’Orsay. © RMN (Musée d’Orsay) / Hervé Lewandowski.

Ce livre est classé dans les catégories :

8,99 €
?

Version papier

9,00 €

Ebook PDF

Ce format de livre numérique est plus adapté aux grands écrans (ordinateur & tablette) qu'aux petits écrans (liseuse et smartphone) car il ne permet pas d'adapter la taille de la police d'écriture.

Ebook protégé

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier avec la technologie Adobe DRM.

Pour lire ce livre ou le charger sur votre support de lecture, un logiciel propriétaire est nécessaire. En savoir plus.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Bellone ou la Pente de la guerre”

Fiche technique

  • Auteur : Roger Caillois
  • Éditeur : Flammarion
  • Collection : Champs
  • Date de parution : 20/09/12
  • EAN : 9782081291560
  • Format : PDF
  • Nombre de pages: 297
  • Protection : Contenu protégé

Résumé

Cet ouvrage, méconnu, de Roger Caillois, servi par une incroyable érudition, présente un propos original sur la guerre, et fait tomber quelques idées reçues, notamment sur l’humanisme pacifiant, l’égalité et les droits de l’homme. La guerre, d’abord limitée, réglée par l’honneurs, et le fait d’une caste guerrière, devient, avec l’apparition de l’État moderne et de la démocratie, le fondement et la préoccupation principale de la vie politique. Pour Caillois, la guerre remplit aussi dans la société mécanisée la même fonction que la fête dans la société primitive : elle exerce la même fascination et « constitue la seule manifestation du sacré que le monde contemporain ait su produire, à la mesure des moyens et des ressources gigantesques dont il dispose ». Bellone, écrit au début des années 1950, n’est pas seulement une dénonciation de la « guerre totale » et du nazisme, mais montre la pente qui conduit de la démocratie au totalitarisme. En couverture : Jean-Louis-Ernest Meissonier, Allégorie du Siège de Paris, huile sur toile, 1870, Paris, Musée d’Orsay. © RMN (Musée d’Orsay) / Hervé Lewandowski.

Biographie de Roger Caillois

Roger Caillois (1913-1978), essayiste, sociologue, poète, critique littéraire, traducteur de Borges, haut fonctionnaire à l’Unesco (à partir de 1948), a été le cofondateur avec Georges Bataille et Michel Leiris du Collège de sociologie. Il est l’auteur d’une quarantaine d’ouvrages, parmi lesquels L’Homme et le Sacré (1939), Les Jeux et les Hommes (1957) et Le Fleuve Alphée (1978).

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire