Votre compte

Bêtes libres et prisonnières


« Et ma mère parlait de ce quelle et moi nous aimions le mieux.
Elle comptait les sangliers des anciens hivers, les loups, encore présents dans la Puisaye et la Forterre, le loup dété, maigre, qui suivit, cinq heures durant, la victoria. « Si javais su quoi lui donner à manger Il aurait bien mangé du pain À toutes les côtes, il sasseyait pour laisser à la voiture son avance dune cinquantaine de mètres. De le sentir, la jument était furieuse, un peu plus cest elle qui leût attaqué »
Tu navais pas peur ?
Peur ? Non. Ce pauvre grand loup gris, sec, affamé, sous un soleil de plomb Dailleurs jétais avec mon premier mari. Cest lui aussi, mon premier mari, qui en chassant a vu le renard noyer ses puces. Une touffe dherbe entre les dents, le renard est entré le derrière le premier, peu à peu, peu à peu, dans leau, jusquau museau
Paroles innocentes, enseignements maternels que donnent aussi à leurs petits, lhirondelle, la mère lièvre, la chatte »

Ce livre est classé dans les catégories :

8,99 €
?

Ebook protégé

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier avec la technologie Adobe DRM.

Pour lire ce livre ou le charger sur votre support de lecture, un logiciel propriétaire est nécessaire. En savoir plus.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Bêtes libres et prisonnières”

Fiche technique

  • Auteur : Colette
  • Éditeur : Albin Michel
  • Date de parution : 01/11/15
  • EAN : 9782226334923
  • Format : ePub
  • Nombre de pages: 195
  • Protection : Contenu protégé

Résumé

« Et ma mère parlait de ce quelle et moi nous aimions le mieux.
Elle comptait les sangliers des anciens hivers, les loups, encore présents dans la Puisaye et la Forterre, le loup dété, maigre, qui suivit, cinq heures durant, la victoria. « Si javais su quoi lui donner à manger Il aurait bien mangé du pain À toutes les côtes, il sasseyait pour laisser à la voiture son avance dune cinquantaine de mètres. De le sentir, la jument était furieuse, un peu plus cest elle qui leût attaqué »
Tu navais pas peur ?
Peur ? Non. Ce pauvre grand loup gris, sec, affamé, sous un soleil de plomb Dailleurs jétais avec mon premier mari. Cest lui aussi, mon premier mari, qui en chassant a vu le renard noyer ses puces. Une touffe dherbe entre les dents, le renard est entré le derrière le premier, peu à peu, peu à peu, dans leau, jusquau museau
Paroles innocentes, enseignements maternels que donnent aussi à leurs petits, lhirondelle, la mère lièvre, la chatte »

Biographie de Colette

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire