Votre compte

Bonsoir les choses d'ici-bas


« Vous avez renoncé à un livre sur la guerre en Angola en vous décidant à écrire  Bonsoir les choses d’ici-bas ? - Quand j’ai commencé, le livre n’avait pour ainsi dire rien à voir avec l’Angola. Le sujet, c’était les sectes religieuses. C’était relativement inspiré de faits réels. Mais au deuxième chapitre, le livre s’est modifié et j’ai compris qu’il ne voulait pas de cette histoire… Avant je me lançais dans un livre avec des plans très détaillés, maintenant je m’embarque pratiquement sans rien, celui-ci j’ai commencé à l’écrire sans rien. - Que s’est-il passé ensuite ? - L’idée m’est venue des diamants, des agents… Un livre m’apparaît toujours davantage comme un organisme vivant, il fait ce qu’il veut. Et je dois le suivre à la trace, faire ce qu’il exige. C’est un organisme indépendant. - Il y a au moins dix voix principales dans ce roman. Elles sont apparues au fur et à mesure que vous écriviez le roman ? - Exactement. - Comment faites-vous pour ne pas vous perdre dans ce carrousel de voix, sans un schéma, sans un plan ? - Hum… il se fait tout seul. Toujours plus. - Vous venez de dire qu’il s’agissait d’un Angola inventé… - Tout comme le Portugal est inventé… » (Lucas Coelho, Milfolhas, Novembre 2003)

Ce livre est classé dans les catégories :

11,99 €
?

Version papier

5,92 €

Ebook PDF

Ce format de livre numérique est plus adapté aux grands écrans (ordinateur & tablette) qu'aux petits écrans (liseuse et smartphone) car il ne permet pas d'adapter la taille de la police d'écriture.

Ebook protégé

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier avec la technologie Adobe DRM.

Pour lire ce livre ou le charger sur votre support de lecture, un logiciel propriétaire est nécessaire. En savoir plus.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Bonsoir les choses d'ici-bas”

Fiche technique

Résumé

« Vous avez renoncé à un livre sur la guerre en Angola en vous décidant à écrire  Bonsoir les choses d’ici-bas ? - Quand j’ai commencé, le livre n’avait pour ainsi dire rien à voir avec l’Angola. Le sujet, c’était les sectes religieuses. C’était relativement inspiré de faits réels. Mais au deuxième chapitre, le livre s’est modifié et j’ai compris qu’il ne voulait pas de cette histoire… Avant je me lançais dans un livre avec des plans très détaillés, maintenant je m’embarque pratiquement sans rien, celui-ci j’ai commencé à l’écrire sans rien. - Que s’est-il passé ensuite ? - L’idée m’est venue des diamants, des agents… Un livre m’apparaît toujours davantage comme un organisme vivant, il fait ce qu’il veut. Et je dois le suivre à la trace, faire ce qu’il exige. C’est un organisme indépendant. - Il y a au moins dix voix principales dans ce roman. Elles sont apparues au fur et à mesure que vous écriviez le roman ? - Exactement. - Comment faites-vous pour ne pas vous perdre dans ce carrousel de voix, sans un schéma, sans un plan ? - Hum… il se fait tout seul. Toujours plus. - Vous venez de dire qu’il s’agissait d’un Angola inventé… - Tout comme le Portugal est inventé… » (Lucas Coelho, Milfolhas, Novembre 2003)

Biographie d’António Lobo Antunes

Né en 1942 à Lisbonne, António Lobo Antunes a fait des études de médecine et s'est spécialisé en psychiatrie, métier qu'il a exercé à l'hôpital Miguel Bombarda dans les années 1970-1980. Au début des années 1970, il a été envoyé en Angola où il a participé à la guerre coloniale, comme tous les jeunes hommes de sa génération. Il est aujourd'hui l'une des grandes figures de la littérature contemporaine. De nombreux travaux ont été consacrés à son oeuvre, et il a reçu de multiples prix littéraires, dont le prix Union latine en 2003, le prix Jérusalem en 2005 et le prix Camões en 2007.

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire