Votre compte

Brutalisation du monde


Si l’émergence des États au sortir du Moyen Âge a progressivement conduit à une réduction des violences privées, le processus qui s’est alors mis en marche semble de nos jours s’être enrayé. Ce tournant civilisationnel s’est traduit jusque-là par un refoulement de la pulsion de mort qui a pris la forme d’un monopole de l’État sur les guerres et d’une pacification diplomatique. Mais il témoigne à présent d’un épuisement inquiétant. Cela tient à l’affaiblissement des acteurs étatiques, si discrédités et contestés qu’ils ne sont plus en mesure d’intervenir comme instances légitimes de régulation et de protection. Désormais, avec la mondialisation des violences non étatiques et des communautarismes, les sociétés doivent faire face à la brutalisation du monde — affrontements identitaires, destruction du lien social et des solidarités, exclusion de la communauté nationale d’individus lentement réifiés avant d’être socialement néantisés. Conjuguant les apports de la psychanalyse, de l’histoire et de la sociologie, cet essai propose un cadre d’analyse qui rend compte des reconfigurations actuelles d’une scène mondiale traversée par les forces destructrices de la décivilisation.

Ce livre est classé dans les catégories :

15,99 €
?

Ebook protégé par filigrane

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier par filigrane (ou watermarking). Ce filigrane permet de relier le fichier à son propriétaire via l’apposition d’un filigrane visible ou invisible sur le fichier.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Brutalisation du monde”

Fiche technique

  • Auteur : Josepha Laroche
  • Éditeur : Éditions Liber
  • Date de parution : 07/11/12
  • EAN : 9782895783206
  • Format : ePub
  • Nombre de pages: 188
  • Protection : Digital Watermarking

Résumé

Si l’émergence des États au sortir du Moyen Âge a progressivement conduit à une réduction des violences privées, le processus qui s’est alors mis en marche semble de nos jours s’être enrayé. Ce tournant civilisationnel s’est traduit jusque-là par un refoulement de la pulsion de mort qui a pris la forme d’un monopole de l’État sur les guerres et d’une pacification diplomatique. Mais il témoigne à présent d’un épuisement inquiétant. Cela tient à l’affaiblissement des acteurs étatiques, si discrédités et contestés qu’ils ne sont plus en mesure d’intervenir comme instances légitimes de régulation et de protection. Désormais, avec la mondialisation des violences non étatiques et des communautarismes, les sociétés doivent faire face à la brutalisation du monde — affrontements identitaires, destruction du lien social et des solidarités, exclusion de la communauté nationale d’individus lentement réifiés avant d’être socialement néantisés. Conjuguant les apports de la psychanalyse, de l’histoire et de la sociologie, cet essai propose un cadre d’analyse qui rend compte des reconfigurations actuelles d’une scène mondiale traversée par les forces destructrices de la décivilisation.

Biographie de Josepha Laroche

Josepha Laroche est professeur au département de science politique de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Elle est également membre du laboratoire de recherches Économie et sociétés (CNRS) et anime Chaos International, un centre d’études et de recherches transnationalistes. Elle a notamment publié Les Prix Nobel (Liber, 2012), Politique internationale ( LGDJ, 2000), et a dirigé Mondialisation et gouvernance mondiale (PUF, 2003) ainsi que Un monde en sursis (2010), Passage au crible de la scène mondiale (2011), et La loyauté dans les relations internationales (2011) chez L’Harmattan.

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire