Votre compte

Ce que je sais de Soljénitsyne

Claude Durand (series_edited_by)


Depuis plus de dix ans — depuis la publication en français d’ « Une journée d’Ivan Denissovitch » à laquelle il fut étroitement mêlé —, Pierre Daix n’a cessé d’étudier et de se montrer l’indéfectible défenseur de l’œuvre de Soljénitsyne. La bataille de ce dernier pour « les droits de l’écrivain » ne pouvait pas ne pas toucher directement les Lettres françaises dont Pierre Daix était, avant leur disparition, rédacteur en chef. Ce journal, né de la résistance à l’obscurantisme hitlérien, entra en lutte contre le retour aux errements staliniens dont témoignaient, en URSS, l’assassinat littéraire ou artistique, la coercition ininterrompue, la menace psychiatrique, l’organisation étatique de la misère matérielle à l’encontre des éléments jugés « pernicieux ». Au centre de ce conflit : le « cas Soljénitsyne ». Ce livre réunit le récit de sa lutte et de sa persécution, l’analyse de son œuvre et de son rôle, là-bas comme ici, par un communiste français de la génération de l’ombre, lui-même ancien déporté : les Lettres françaises disparues, ce témoignage entend les continuer quelque peu, sur l’essentiel.

Ce livre est classé dans les catégories :

6,49 €
?

Ebook PDF

Ce format de livre numérique est plus adapté aux grands écrans (ordinateur & tablette) qu'aux petits écrans (liseuse et smartphone) car il ne permet pas d'adapter la taille de la police d'écriture.

Ebook protégé par filigrane

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier par filigrane (ou watermarking). Ce filigrane permet de relier le fichier à son propriétaire via l’apposition d’un filigrane visible ou invisible sur le fichier.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Ce que je sais de Soljénitsyne”

Fiche technique

Résumé

Depuis plus de dix ans — depuis la publication en français d’ « Une journée d’Ivan Denissovitch » à laquelle il fut étroitement mêlé —, Pierre Daix n’a cessé d’étudier et de se montrer l’indéfectible défenseur de l’œuvre de Soljénitsyne. La bataille de ce dernier pour « les droits de l’écrivain » ne pouvait pas ne pas toucher directement les Lettres françaises dont Pierre Daix était, avant leur disparition, rédacteur en chef. Ce journal, né de la résistance à l’obscurantisme hitlérien, entra en lutte contre le retour aux errements staliniens dont témoignaient, en URSS, l’assassinat littéraire ou artistique, la coercition ininterrompue, la menace psychiatrique, l’organisation étatique de la misère matérielle à l’encontre des éléments jugés « pernicieux ». Au centre de ce conflit : le « cas Soljénitsyne ». Ce livre réunit le récit de sa lutte et de sa persécution, l’analyse de son œuvre et de son rôle, là-bas comme ici, par un communiste français de la génération de l’ombre, lui-même ancien déporté : les Lettres françaises disparues, ce témoignage entend les continuer quelque peu, sur l’essentiel.

Biographie de Pierre Daix

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire