Votre compte

Ceux qui merdRent


La réflexion que propose cet essai part de quelques événements récents comme l'affaire Rushdie et la profanation de Carpentras qui révèlent le désarroi de l'intelligence dans notre société face à la nomination du «mal». Simultanément, on peut constater une réelle marginalisation des «grandes irrégularités du langage» de la littérature qui relevaient traditionnellement de cet enjeu. Le discours dominant d'aujourd'hui est celui d'un «humanisme» sommaire, renaissant de la ruine des grandes idéologies. Cet idéalisme ignore la conscience «tragique» que l'expérience artistique ravive au contraire à tout coup. D'où la violence de ce que l'on pourrait appeler la «surprise du mal» pour un corps social symboliquement démuni. Ceux qui merdRent tente d'analyser cette situation, ses origines, ses conséquences dans la littérature actuelle, telle ou telle des réponses que les écrivains contemporains tentent d'apporter. Sont ainsi évoqués les ambiguïtés d'une lettre de Céline, l'apothéose officielle de René Char, Francis Ponge de la rage de l'expression à l'âge de la répression, les hésitations de Georges Perec, la grande rhétorique de Denis Roche entre poésie et photographie, l'eros dionysiaque de Pierre Guyotat, la «crise» de la poésie, les tranches de vie trop bien découpées de Claude Simon ou de Michel Leiris. Quel sens peut avoir aujourd'hui le fait d'écrire, d'entrer dans l'invention d'une langue? Qu'est-ce, pour un écrivain, qu'être «moderne», dans l'afflux d'un présent insensé, après la mort des avant-gardes et la fin des utopies? Qu'en est-il de ceux qui, dans la tradition de Rabelais, de Sade, de Rimbaud, de Bataille ou de Queneau, maintiennent l'exigence de faire merder, ou plutôt, comme aurait dit Jarry, merdRer la beauté convenue, la pensée pré-pensée et les «chromos» de l'humanisme contemporain? Christian Prigent tente de montrer le travail de ces questions dans les œuvres de Valère Novarina, de Jean-Pierre Verheggen, d'Hubert Lucot, d'Olivier Cadiot...

Ce livre est classé dans les catégories :

17,99 €
?

Ebook PDF

Ce format de livre numérique est plus adapté aux grands écrans (ordinateur & tablette) qu'aux petits écrans (liseuse et smartphone) car il ne permet pas d'adapter la taille de la police d'écriture.

Ebook protégé

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier avec la technologie Adobe DRM.

Pour lire ce livre ou le charger sur votre support de lecture, un logiciel propriétaire est nécessaire. En savoir plus.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Ceux qui merdRent”

Fiche technique

  • Auteur : Christian Prigent
  • Éditeur : POL Editeur
  • Collection : Essais
  • Date de parution : 26/08/10
  • EAN : 9782818000380
  • Format : PDF
  • Nombre de pages: 356
  • Protection : Contenu protégé

Résumé

La réflexion que propose cet essai part de quelques événements récents comme l'affaire Rushdie et la profanation de Carpentras qui révèlent le désarroi de l'intelligence dans notre société face à la nomination du «mal». Simultanément, on peut constater une réelle marginalisation des «grandes irrégularités du langage» de la littérature qui relevaient traditionnellement de cet enjeu. Le discours dominant d'aujourd'hui est celui d'un «humanisme» sommaire, renaissant de la ruine des grandes idéologies. Cet idéalisme ignore la conscience «tragique» que l'expérience artistique ravive au contraire à tout coup. D'où la violence de ce que l'on pourrait appeler la «surprise du mal» pour un corps social symboliquement démuni. Ceux qui merdRent tente d'analyser cette situation, ses origines, ses conséquences dans la littérature actuelle, telle ou telle des réponses que les écrivains contemporains tentent d'apporter. Sont ainsi évoqués les ambiguïtés d'une lettre de Céline, l'apothéose officielle de René Char, Francis Ponge de la rage de l'expression à l'âge de la répression, les hésitations de Georges Perec, la grande rhétorique de Denis Roche entre poésie et photographie, l'eros dionysiaque de Pierre Guyotat, la «crise» de la poésie, les tranches de vie trop bien découpées de Claude Simon ou de Michel Leiris. Quel sens peut avoir aujourd'hui le fait d'écrire, d'entrer dans l'invention d'une langue? Qu'est-ce, pour un écrivain, qu'être «moderne», dans l'afflux d'un présent insensé, après la mort des avant-gardes et la fin des utopies? Qu'en est-il de ceux qui, dans la tradition de Rabelais, de Sade, de Rimbaud, de Bataille ou de Queneau, maintiennent l'exigence de faire merder, ou plutôt, comme aurait dit Jarry, merdRer la beauté convenue, la pensée pré-pensée et les «chromos» de l'humanisme contemporain? Christian Prigent tente de montrer le travail de ces questions dans les œuvres de Valère Novarina, de Jean-Pierre Verheggen, d'Hubert Lucot, d'Olivier Cadiot...

Biographie de Christian Prigent

Christian Prigent est né en Bretagne en 1945. Professeur de lettres dans l’enseignement secondaire de 1967 à 2005, il est par ailleurs Docteur ès lettres (Thèse sur La poétique de Francis Ponge). Après des séjours à Rome (1978-1980) et Berlin (1985-1991), il vit actuellement en Bretagne. Il a fondé en 1969 et dirigé jusqu’en 1993 la revue et la collection TXT. Il collabore à de nombreuses revues en France et à l’étranger et publie, essentiellement chez P.O.L, des ouvrages de poésie, de fiction et des essais littéraires. Il donne régulièrement des lectures publiques de son travail.

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire