Votre compte

Chants / Canti (Édition bilingue)

Michel Orcel (general_editor)

Mario Fusco (preface_by)


Édition bilingue. Vers 1816, au fin fond d’une province pontificale d’Italie du Nord, un jeune homme mélancolique, pétri de lectures érudites, s’apprête sans espoir à l’« œuvre de sa vie ». Ce jeune homme, c’est Giacomo Leopardi. Il écrit des poèmes renouant avec la plus haute tradition italienne, celle qui remonte à Pétrarque et au Tasse. En 1831 paraît la première édition des Canti. De la véhémence des premières canzones (À Angelo Mai, Brutus) aux méditations nocturnes des idylles (L’Infini, Le Soir du jour de fête, À la lune), en passant par les grands poèmes philosophiques (Le Genêt), le poète chante la solitude et l’exclusion, le temps répétitif et destructeur, le destin et la perte. Tour à tour élégiaque et révolté, nihiliste et exalté, Leopardi inaugure une forme nouvelle de lyrisme : du moi au nous, sa voix déplore au nom de tous la souffrance d’être. Ce recueil d’une noire beauté inspira des esprits aussi divers que Schopenhauer, Musset, Nietzsche et Giuseppe Ungaretti.

Ce livre est classé dans les catégories :

9,99 €
?

Version papier

10,00 €

Ebook protégé

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier avec la technologie Adobe DRM.

Pour lire ce livre ou le charger sur votre support de lecture, un logiciel propriétaire est nécessaire. En savoir plus.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Chants / Canti (Édition bilingue)”

Fiche technique

Résumé

Édition bilingue. Vers 1816, au fin fond d’une province pontificale d’Italie du Nord, un jeune homme mélancolique, pétri de lectures érudites, s’apprête sans espoir à l’« œuvre de sa vie ». Ce jeune homme, c’est Giacomo Leopardi. Il écrit des poèmes renouant avec la plus haute tradition italienne, celle qui remonte à Pétrarque et au Tasse. En 1831 paraît la première édition des Canti. De la véhémence des premières canzones (À Angelo Mai, Brutus) aux méditations nocturnes des idylles (L’Infini, Le Soir du jour de fête, À la lune), en passant par les grands poèmes philosophiques (Le Genêt), le poète chante la solitude et l’exclusion, le temps répétitif et destructeur, le destin et la perte. Tour à tour élégiaque et révolté, nihiliste et exalté, Leopardi inaugure une forme nouvelle de lyrisme : du moi au nous, sa voix déplore au nom de tous la souffrance d’être. Ce recueil d’une noire beauté inspira des esprits aussi divers que Schopenhauer, Musset, Nietzsche et Giuseppe Ungaretti.

Biographie de Giacomo Leopardi

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire