Votre compte

Critique de la raison pratique

Jean-Pierre Fussler (translated_with_commentary_by)

Michaël Foessel (annotator)


« La loi morale est sainte (inviolable). L’homme est sans doute très éloigné de la sainteté, mais il faut que l’humanité dans sa personne soit sainte pour lui. Dans la création tout entière, tout ce que l’on veut, et ce sur quoi on a quelque pouvoir, peut aussi être employé simplement comme moyen ; l’homme seul, et avec lui toute créature raisonnable, est fin en soi-même. Il est, en effet, grâce à l’autonomie de sa liberté, le sujet de la loi morale, laquelle est sainte. C’est précisément en raison de cette liberté que toute volonté, même la volonté propre à chaque personne et dirigée sur elle-même, est bornée par la condition de l’accord avec l’autonomie de l’être raisonnable, à savoir de ne le soumettre à aucune intention qui ne serait pas possible suivant une loi pouvant trouver sa source dans le sujet même qui pâtit, et donc de ne l’utiliser jamais simplement comme moyen, mais en même temps en lui-même comme une fin. Cette condition, à bon droit, s’impose, pour nous, même à la volonté divine relativement aux êtres raisonnables dans le monde, en tant qu’il s’agit de ses créatures, parce qu’elle repose sur la personnalité de ceux-ci, par laquelle seule ils sont des fins en soi. » Kant

Ce livre est classé dans les catégories :

8,99 €
?

Version papier

4,51 €

Ebook PDF

Ce format de livre numérique est plus adapté aux grands écrans (ordinateur & tablette) qu'aux petits écrans (liseuse et smartphone) car il ne permet pas d'adapter la taille de la police d'écriture.

Ebook protégé

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier avec la technologie Adobe DRM.

Pour lire ce livre ou le charger sur votre support de lecture, un logiciel propriétaire est nécessaire. En savoir plus.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Critique de la raison pratique”

Fiche technique

Résumé

« La loi morale est sainte (inviolable). L’homme est sans doute très éloigné de la sainteté, mais il faut que l’humanité dans sa personne soit sainte pour lui. Dans la création tout entière, tout ce que l’on veut, et ce sur quoi on a quelque pouvoir, peut aussi être employé simplement comme moyen ; l’homme seul, et avec lui toute créature raisonnable, est fin en soi-même. Il est, en effet, grâce à l’autonomie de sa liberté, le sujet de la loi morale, laquelle est sainte. C’est précisément en raison de cette liberté que toute volonté, même la volonté propre à chaque personne et dirigée sur elle-même, est bornée par la condition de l’accord avec l’autonomie de l’être raisonnable, à savoir de ne le soumettre à aucune intention qui ne serait pas possible suivant une loi pouvant trouver sa source dans le sujet même qui pâtit, et donc de ne l’utiliser jamais simplement comme moyen, mais en même temps en lui-même comme une fin. Cette condition, à bon droit, s’impose, pour nous, même à la volonté divine relativement aux êtres raisonnables dans le monde, en tant qu’il s’agit de ses créatures, parce qu’elle repose sur la personnalité de ceux-ci, par laquelle seule ils sont des fins en soi. » Kant

Biographie d’Emmanuel Kant

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire