Votre compte

De Gaulle Israël et les Juifs


Avant d’écrire Le Temps du soupçon, commentaire de la dernière conférence de presse du Président de la République, j’ai longuement hésité. Si certaines voix s’étaient élevées, si François Mauriac ou André Malraux avaient répondu au général de Gaulle ce qu’ils auraient répondu à tout autre homme d’État tenant de pareils propos, je serais resté en dehors d’un débat dans lequel je ne puis m’engager en toute sérénité. Aucun des écrivains, honneur des lettres françaises, n’a parlé. Je me suis donc résolu ou résigné à plaider contre un réquisitoire d’autant plus insidieux qu’il demeure camouflé. J’ai pensé que ce témoignage ne prendrait sa pleine signification qu’à la condition d’y joindre les articles publiés pendant la crise du printemps 1967 et deux études sur Israël et les Juifs, écrites en 1960 et 1962, à l’époque où l’alliance franco-israélienne assurait aux Français d’origine juive une sécurité morale dont les privent, aujourd’hui, les péripéties de l’Histoire. (Raymond Aron, 1968) Ce livre a été publié à la suite de la conférence de presse du général de Gaulle du 27 novembre 1967 au cours de laquelle ce dernier s’exprima à propos des Juifs et d’Israël en un raccourci « un peuple fier, sûr de lui-même et dominateur » qui devait marquer les esprits et suscita chez Raymond Aron des réflexions restées d’actualité.

Ce livre est classé dans les catégories :

10,99 €
?

Version papier

15,00 €

Ebook protégé par filigrane

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier par filigrane (ou watermarking). Ce filigrane permet de relier le fichier à son propriétaire via l’apposition d’un filigrane visible ou invisible sur le fichier.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “De Gaulle Israël et les Juifs”

Fiche technique

Résumé

Avant d’écrire Le Temps du soupçon, commentaire de la dernière conférence de presse du Président de la République, j’ai longuement hésité. Si certaines voix s’étaient élevées, si François Mauriac ou André Malraux avaient répondu au général de Gaulle ce qu’ils auraient répondu à tout autre homme d’État tenant de pareils propos, je serais resté en dehors d’un débat dans lequel je ne puis m’engager en toute sérénité. Aucun des écrivains, honneur des lettres françaises, n’a parlé. Je me suis donc résolu ou résigné à plaider contre un réquisitoire d’autant plus insidieux qu’il demeure camouflé. J’ai pensé que ce témoignage ne prendrait sa pleine signification qu’à la condition d’y joindre les articles publiés pendant la crise du printemps 1967 et deux études sur Israël et les Juifs, écrites en 1960 et 1962, à l’époque où l’alliance franco-israélienne assurait aux Français d’origine juive une sécurité morale dont les privent, aujourd’hui, les péripéties de l’Histoire. (Raymond Aron, 1968) Ce livre a été publié à la suite de la conférence de presse du général de Gaulle du 27 novembre 1967 au cours de laquelle ce dernier s’exprima à propos des Juifs et d’Israël en un raccourci « un peuple fier, sûr de lui-même et dominateur » qui devait marquer les esprits et suscita chez Raymond Aron des réflexions restées d’actualité.

Biographie de Raymond Aron

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire