Votre compte

De la marche


« À quoi bon emprunter sans cesse le même vieux sentier ? Vous devez tracer des sentiers vers l’inconnu. Si je ne suis pas moi, qui le sera ? » 
Henry David Thoreau (1817-1862) quitte à vingt-huit ans sa ville natale pour aller vivre seul dans la forêt, près du lac Walden. Il a pour habitude de marcher au moins quatre heures par jour. Avec cet éloge de la marche, exercice salutaire et libérateur, Thoreau fait l’apologie de l’éveil à soi par la communion avec la nature.

Ce livre est classé dans les catégories :

2,49 €
?

Version papier

3,00 €

Ebook protégé

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier avec la technologie Adobe DRM.

Pour lire ce livre ou le charger sur votre support de lecture, un logiciel propriétaire est nécessaire. En savoir plus.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “De la marche”

Fiche technique

Résumé

« À quoi bon emprunter sans cesse le même vieux sentier ? Vous devez tracer des sentiers vers l’inconnu. Si je ne suis pas moi, qui le sera ? » 
Henry David Thoreau (1817-1862) quitte à vingt-huit ans sa ville natale pour aller vivre seul dans la forêt, près du lac Walden. Il a pour habitude de marcher au moins quatre heures par jour. Avec cet éloge de la marche, exercice salutaire et libérateur, Thoreau fait l’apologie de l’éveil à soi par la communion avec la nature.

Biographie d’Henry David Thoreau

Né à Concord dans le Massachussetts, en 1817, David Henry Thoreau commence son Journal - qu'il tiendra toute sa vie - en 1837 (l'année où il est diplômé de Harvard) et change de nom. Il s'appelle désormais Henry David et fréquente Ralph Waldo Emerson, Margaret Fuller, Jones Very et Bronson Alcott, les principales figures du mouvement transcendantaliste. Professeur à Concord, il démissionne rapidement car il est opposé aux châtiments corporels.Inspiré par Emerson, il devient l'un des membres influents du cercle transcendantaliste et lutte pour l'abolition de l'esclavage aux Etats-Unis. Entre 1845 et 1847, Thoreau va vivre dans une cabane près de Walden, au bord d'un lac, en lisière des bois. Il en tire un récit, Walden (1854). Pendant ce séjour, Thoreau écrira le deuxième livre publié de son vivant : A week on the Concord and Merrimack Rivers. Ses autres oeuvres seront posthumes. Il décède en 1862 à Concord, à l'âge quarante-quatre ans.Plusieurs titres sont parus aux Mille et une nuits : La Désobéissance civile (1997), De la marche (2003), La Vie sans principe (2004), Le Paradis à (re)conquérir (2005),  La Moelle de la vie, 500 aphorismes (2006), De l'esclavage. Plaidoyer pour John Brown (2006).

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire