Votre compte

De quelques formes primitives de classification


Dans ce classique de la sociologie de la connaissance, Durkheim et Mauss proposent de réécrire la table kantienne des catégories : l’acquisition de nos concepts fondamentaux et la maîtrise des jugements logiques qu’ils rendent possibles ne sont pas, selon eux, le fruit des seules forces de l’individu, mais ont en fait une origine sociale. Cette hypothèse, ils la testent sur les concepts de genres et espèces. Ils entendent ainsi établir qu’en Amérique du Nord, chez les aborigènes d’Australie, tout autant que dans le système divinatoire chinois, stratification sociale et genres naturels primitifs se font écho : la classification des choses reproduit celle des hommes. Ce faisant, Durkheim et Mauss suggèrent qu’il y a continuité entre la faculté de classification déployée dans les sociétés primitives et celle à l’œuvre dans nos sciences contemporaines – belle et généreuse manière de mettre en cause le Grand Partage.

Ce livre est classé dans les catégories :

10,99 €
?
Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “De quelques formes primitives de classification”

Fiche technique

Résumé

Dans ce classique de la sociologie de la connaissance, Durkheim et Mauss proposent de réécrire la table kantienne des catégories : l’acquisition de nos concepts fondamentaux et la maîtrise des jugements logiques qu’ils rendent possibles ne sont pas, selon eux, le fruit des seules forces de l’individu, mais ont en fait une origine sociale. Cette hypothèse, ils la testent sur les concepts de genres et espèces. Ils entendent ainsi établir qu’en Amérique du Nord, chez les aborigènes d’Australie, tout autant que dans le système divinatoire chinois, stratification sociale et genres naturels primitifs se font écho : la classification des choses reproduit celle des hommes. Ce faisant, Durkheim et Mauss suggèrent qu’il y a continuité entre la faculté de classification déployée dans les sociétés primitives et celle à l’œuvre dans nos sciences contemporaines – belle et généreuse manière de mettre en cause le Grand Partage.

Biographie de Émile Durkheim

«Si j’ai pris pour sujet de cours le problème de l’éducation morale, ce n’est pas seulement en raison de l’importance primaire que lui ont toujours reconnue les pédagogues, mais c’est qu’il se pose aujourd’hui dans des conditions de particulière urgence. En effet, c’est dans cette partie de notre système pédagogique traditionnel [...] que l’ébranlement est peut-être le plus profond, en même temps qu’il est le plus grave; car tout ce qui peut avoir pour effet de diminuer l’efficacité de l’éducation morale, tout ce qui risque d’en rendre l’action plus incertaine, menace la moralité publique à sa source même. Il n’est donc pas de question qui s’impose d’une manière plus pressante à l’attention du pédagogue.»

L’éducation morale est le premier cours de Durkheim donné à la Sorbonne sur la science de l’éducation en 1902-1903. Il illustre l’affirmation d’Halbwachs pour qui «la sociologie n’a pas été admise d’emblée à la Sorbonne, mais elle s’y est introduite par la porte étroite de la pédagogie.» Posant que tout fait moral est d’abord un fait social, Durkheim fait de l’éducation le principal vecteur d’une morale envisagée comme une tradition à transmettre, à s’accaparer et à renouveler; et l’éducateur est son instrument.

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire