Votre compte

Discours de la servitude volontaire

Simone Goyard-Fabre (other)

Laurent Gerbier (introduction_and_notes_by)


Le renom d’Étienne de La Boétie s’attache à un écrit composé dans sa jeunesse, « à l’honneur de la liberté contre les tyrans ». Aux périodes troubles de l’histoire de France et, en particulier, chaque fois que la nation se dressait contre l’autorité souveraine, il fut utilisé comme appel à la sédition.Comment expliquer qu’un peuple entier puisse ployer sous le joug d’un seul homme, qui n’a ni force ni prestige ? La servitude des peuples est volontaire, répond La Boétie : ce sont eux qui, en acceptant de se soumettre, contredisent ce qu’il y a de plus profond dans la nature humaine, pétrie de franchise et de liberté. Les hommes échapperont donc à leur horrible sujétion en reconquérant leur « nature franche ». De cette restauration dépend la grande péripétie de la vie politique qui, dans une perspective contractualiste, fera de l’homme, et non plus de Dieu ou de ses lieutenants, le seul maître d’oeuvre du monde politique.

Ce livre est classé dans les catégories :

2,99 €
?

Version papier

2,00 €

Ebook PDF

Ce format de livre numérique est plus adapté aux grands écrans (ordinateur & tablette) qu'aux petits écrans (liseuse et smartphone) car il ne permet pas d'adapter la taille de la police d'écriture.

Ebook protégé

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier avec la technologie Adobe DRM.

Pour lire ce livre ou le charger sur votre support de lecture, un logiciel propriétaire est nécessaire. En savoir plus.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Discours de la servitude volontaire”

Fiche technique

Résumé

Le renom d’Étienne de La Boétie s’attache à un écrit composé dans sa jeunesse, « à l’honneur de la liberté contre les tyrans ». Aux périodes troubles de l’histoire de France et, en particulier, chaque fois que la nation se dressait contre l’autorité souveraine, il fut utilisé comme appel à la sédition.Comment expliquer qu’un peuple entier puisse ployer sous le joug d’un seul homme, qui n’a ni force ni prestige ? La servitude des peuples est volontaire, répond La Boétie : ce sont eux qui, en acceptant de se soumettre, contredisent ce qu’il y a de plus profond dans la nature humaine, pétrie de franchise et de liberté. Les hommes échapperont donc à leur horrible sujétion en reconquérant leur « nature franche ». De cette restauration dépend la grande péripétie de la vie politique qui, dans une perspective contractualiste, fera de l’homme, et non plus de Dieu ou de ses lieutenants, le seul maître d’oeuvre du monde politique.

Biographie d’Etienne (de) La Boétie

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire