Votre compte

Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes


Édition enrichie (Présentation, notes, commentaire de l'œuvre, chronologie et bibliographie)

La plus dure et la pire des contraintes qu’exerce la société réside dans cette puissance qu’elle acquiert non seulement sur nos actions extérieures, mais aussi sur tous nos mouvements intérieurs, sur nos pensées et nos jugements. Ce pouvoir entame toute forme d’autonomie, de liberté et d’originalité de jugement ; ce n’est plus nous qui pensons et jugeons, mais la société qui pense en nous et pour nous. Nous sommes alors dispensés de toute recherche de la vérité, elle nous est glissée dans la main comme une pièce de monnaie déjà gravée. Rousseau décrit cette situation intellectuelle dans son premier écrit philosophique : le Discours sur l’inégalité.
Ernst Cassirer.

Publiés respectivement en 1750 et 1754, les deux Discours répondent à des questions posées par l’académie de Dijon. Le premier – le Discours sur les sciences et les arts – eut un retentissement considérable et valut une immédiate notoriété à Rousseau. Le second – le Discours sur l’inégalité – s’est imposé comme l’un des grands traités de la philosophie politique moderne, suscitant d’innombrables commentaires. Dans des pages désormais classiques, Rousseau jette en philosophe les bases de sa doctrine, notamment l’idée fameuse que tous les maux et les inégalités entre les hommes relèvent d’une seule et même cause : la vie en société.

Commentaires et notes par Gérard Mairet.

 

Ce livre est classé dans les catégories :

2,49 €
?

Version papier

2,90 €

Ebook protégé

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier avec la technologie Adobe DRM.

Pour lire ce livre ou le charger sur votre support de lecture, un logiciel propriétaire est nécessaire. En savoir plus.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes”

Fiche technique

Résumé

Édition enrichie (Présentation, notes, commentaire de l'œuvre, chronologie et bibliographie)

La plus dure et la pire des contraintes qu’exerce la société réside dans cette puissance qu’elle acquiert non seulement sur nos actions extérieures, mais aussi sur tous nos mouvements intérieurs, sur nos pensées et nos jugements. Ce pouvoir entame toute forme d’autonomie, de liberté et d’originalité de jugement ; ce n’est plus nous qui pensons et jugeons, mais la société qui pense en nous et pour nous. Nous sommes alors dispensés de toute recherche de la vérité, elle nous est glissée dans la main comme une pièce de monnaie déjà gravée. Rousseau décrit cette situation intellectuelle dans son premier écrit philosophique : le Discours sur l’inégalité.
Ernst Cassirer.

Publiés respectivement en 1750 et 1754, les deux Discours répondent à des questions posées par l’académie de Dijon. Le premier – le Discours sur les sciences et les arts – eut un retentissement considérable et valut une immédiate notoriété à Rousseau. Le second – le Discours sur l’inégalité – s’est imposé comme l’un des grands traités de la philosophie politique moderne, suscitant d’innombrables commentaires. Dans des pages désormais classiques, Rousseau jette en philosophe les bases de sa doctrine, notamment l’idée fameuse que tous les maux et les inégalités entre les hommes relèvent d’une seule et même cause : la vie en société.

Commentaires et notes par Gérard Mairet.

 

Biographie de Jean-Jacques Rousseau

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire