Votre compte

Éloge du paraître


'Le paraître est du côté de la civilisation. C’est le moins qu’il puisse faire, puisque c’est lui qui l’a créée. L’homme est sorti de la barbarie le jour où il a commencé à se soucier du regard de l’autre sur lui, et de l’opinion qu’on pouvait entretenir à son sujet, en face. L’homme est sorti de la barbarie le jour où il s’est vu dans un miroir, ou dans le cours, Narcisse, d’une onde claire. L’homme est sorti de la barbarie le jour où il est sorti de l’être : il voulait voir un peu de quoi l’être avait l’air, vu de l’extérieur. Nous appellerons paraître cette légère couche de paranoïa qui a inventé la ville et même la cité, la civilité, la convention, l’art, la morale, la littérature et le geste inutile. Jeune, c’est par vanité qu’on se regarde dans les miroirs ; plus tard c’est par prudence, ensuite par politesse, et finalement par modestie.'

Ce livre est classé dans les catégories :

8,49 €
?

Ebook PDF

Ce format de livre numérique est plus adapté aux grands écrans (ordinateur & tablette) qu'aux petits écrans (liseuse et smartphone) car il ne permet pas d'adapter la taille de la police d'écriture.

Ebook protégé

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier avec la technologie Adobe DRM.

Pour lire ce livre ou le charger sur votre support de lecture, un logiciel propriétaire est nécessaire. En savoir plus.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Éloge du paraître”

Fiche technique

  • Auteur : Renaud Camus
  • Éditeur : POL Editeur
  • Collection : Fiction
  • Date de parution : 25/11/11
  • EAN : 9782818009130
  • Format : PDF
  • Nombre de pages: 112
  • Protection : Contenu protégé

Résumé

'Le paraître est du côté de la civilisation. C’est le moins qu’il puisse faire, puisque c’est lui qui l’a créée. L’homme est sorti de la barbarie le jour où il a commencé à se soucier du regard de l’autre sur lui, et de l’opinion qu’on pouvait entretenir à son sujet, en face. L’homme est sorti de la barbarie le jour où il s’est vu dans un miroir, ou dans le cours, Narcisse, d’une onde claire. L’homme est sorti de la barbarie le jour où il est sorti de l’être : il voulait voir un peu de quoi l’être avait l’air, vu de l’extérieur. Nous appellerons paraître cette légère couche de paranoïa qui a inventé la ville et même la cité, la civilité, la convention, l’art, la morale, la littérature et le geste inutile. Jeune, c’est par vanité qu’on se regarde dans les miroirs ; plus tard c’est par prudence, ensuite par politesse, et finalement par modestie.'

Biographie de Renaud Camus

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire