Votre compte

Emile l'Africain



La première fois que je l’ai vue, elle était assise sur un trottoir de la rue Notre-Dame-des-Champs. Elle était belle malgré sa détresse et je l’ai désirée. J’aurais pu céder à la lâcheté commune et passer mon chemin. J’ai cédé à la concupiscence et je l’ai abordée. Bien sûr, elle m’a envoyé paître.
La deuxième fois, elle avait revendu ses vêtements coûteux et elle mendiait. L’aide que je lui avais proposée quelques semaines plus tôt, elle l’acceptait désormais. J’aurais pu faire preuve de charité et lui tendre la main. J’ai cédé à la lâcheté commune et passé mon chemin.
Je me déteste et, entre deux maux, je choisis toujours le pire. C’est plus fort que moi. Ce que chacun s’évertue à cacher, sa part la plus vile, il faut que je l’explore. Je m’y emploie dans chacun de mes livres, répondant à l’implacable injonction de Céline: «Noircir et se noircir.»

La haine de soi n’est pas à la portée de tout le monde. Mais, en la matière, Emile Brami n’est pas un débutant. Il s’est dépeint, tour à tour, sous les traits d’un pré-adolescent violeur (Histoire de la poupée, Ecriture, 2000), d’un peintre nonagénaire paranoïaque (Art brut, Ecriture, 2001), puis d’une lesbienne méchante et malheureuse
(Le manteau de la Vierge, Fayard, 2007, Prix Méditerranée). Son entreprise se poursuit dans ce nouveau roman, le plus intime, car l’auteur s’y désigne par son nom, et forcément le plus sombre.

Ce livre est classé dans les catégories :

8,49 €
?

Version papier

8,45 €

Ebook protégé

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier avec la technologie Adobe DRM.

Pour lire ce livre ou le charger sur votre support de lecture, un logiciel propriétaire est nécessaire. En savoir plus.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Emile l'Africain”

Fiche technique

Résumé


La première fois que je l’ai vue, elle était assise sur un trottoir de la rue Notre-Dame-des-Champs. Elle était belle malgré sa détresse et je l’ai désirée. J’aurais pu céder à la lâcheté commune et passer mon chemin. J’ai cédé à la concupiscence et je l’ai abordée. Bien sûr, elle m’a envoyé paître.
La deuxième fois, elle avait revendu ses vêtements coûteux et elle mendiait. L’aide que je lui avais proposée quelques semaines plus tôt, elle l’acceptait désormais. J’aurais pu faire preuve de charité et lui tendre la main. J’ai cédé à la lâcheté commune et passé mon chemin.
Je me déteste et, entre deux maux, je choisis toujours le pire. C’est plus fort que moi. Ce que chacun s’évertue à cacher, sa part la plus vile, il faut que je l’explore. Je m’y emploie dans chacun de mes livres, répondant à l’implacable injonction de Céline: «Noircir et se noircir.»

La haine de soi n’est pas à la portée de tout le monde. Mais, en la matière, Emile Brami n’est pas un débutant. Il s’est dépeint, tour à tour, sous les traits d’un pré-adolescent violeur (Histoire de la poupée, Ecriture, 2000), d’un peintre nonagénaire paranoïaque (Art brut, Ecriture, 2001), puis d’une lesbienne méchante et malheureuse
(Le manteau de la Vierge, Fayard, 2007, Prix Méditerranée). Son entreprise se poursuit dans ce nouveau roman, le plus intime, car l’auteur s’y désigne par son nom, et forcément le plus sombre.

Biographie d’Emile Brami

Émile Brami est libraire d'ancien, spécialiste de Céline. Il a également fondé les éditions de La pince à linge, en hommage à celles qu'utilisait Céline pour suspendre ses chapitres, une fois achevés, dans son bureau. Mais Émile Brami est avant tout écrivain, auteur de Rigor Mortis (Écriture, 2002), Céline «  je ne suis pas assez méchant pour me donner en exemple » (Écriture, 2003), Céline, Hergé et l'affaire Haddock (Écriture, 2004), Histoire de la poupée (Écriture, 2000), Art brut (Écriture, 2001) et Le Manteau de la Vierge, prix Méditerranée (Fayard, 2007).

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire