Votre compte

Emmanuel Berl : les tribulations d'un pacifiste


Essayiste, historien, mémorialiste, Emmanuel Berl (1892-1976) fut l’un des esprits les plus brillants et les plus attachants du monde littéraire. Interlocuteur étincelant, il était recherché par ses contemporains qui admiraient son intelligence et sa liberté de ton. « Hérétique et infidèle, puisse mon esprit le rester ! » a-t-il écrit. Homme du XVIIIe siècle égaré dans le XXe, Berl a consacré sa vie au pacifisme. Journaliste pamphlétaire, il dresse la nécrologie de la bourgeoisie avant de s’intéresser au nationalisme, à la condition féminine, à l’immigration, à l’écologie et à l’Europe. Visionnaire sur beaucoup de sujets, il occupa à l’entre-deux-guerres une position essentielle dans l’intelligentsia. Parent de Bergson et de Proust, il eut pour amis Anna de Noailles, Cocteau, Drieu La Rochelle, Malraux, Herriot, Blum, Saint-John Perse et Camus. Après avoir dirigé Marianne (1932-1937), le premier grand hebdomadaire de gauche, il fut amené à rédiger le discours de l’armistice de 1940, qu’il ne renia jamais : « La terre, elle, ne ment pas. » Après la guerre, il devint un écrivain rare, obsédé par l’amour, la mort et le refus du refus de Dieu. Jusqu’à sa disparition, il ne cessa de s’interroger sur les problèmes de son temps. Emmanuel Berl fut un esprit libre dans la lignée de Montaigne, de Voltaire et de Chamfort.

Ce livre est classé dans les catégories :

8,99 €
?

Version papier

14,00 €

Ebook protégé par filigrane

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier par filigrane (ou watermarking). Ce filigrane permet de relier le fichier à son propriétaire via l’apposition d’un filigrane visible ou invisible sur le fichier.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Emmanuel Berl : les tribulations d'un pacifiste”

Fiche technique

Résumé

Essayiste, historien, mémorialiste, Emmanuel Berl (1892-1976) fut l’un des esprits les plus brillants et les plus attachants du monde littéraire. Interlocuteur étincelant, il était recherché par ses contemporains qui admiraient son intelligence et sa liberté de ton. « Hérétique et infidèle, puisse mon esprit le rester ! » a-t-il écrit. Homme du XVIIIe siècle égaré dans le XXe, Berl a consacré sa vie au pacifisme. Journaliste pamphlétaire, il dresse la nécrologie de la bourgeoisie avant de s’intéresser au nationalisme, à la condition féminine, à l’immigration, à l’écologie et à l’Europe. Visionnaire sur beaucoup de sujets, il occupa à l’entre-deux-guerres une position essentielle dans l’intelligentsia. Parent de Bergson et de Proust, il eut pour amis Anna de Noailles, Cocteau, Drieu La Rochelle, Malraux, Herriot, Blum, Saint-John Perse et Camus. Après avoir dirigé Marianne (1932-1937), le premier grand hebdomadaire de gauche, il fut amené à rédiger le discours de l’armistice de 1940, qu’il ne renia jamais : « La terre, elle, ne ment pas. » Après la guerre, il devint un écrivain rare, obsédé par l’amour, la mort et le refus du refus de Dieu. Jusqu’à sa disparition, il ne cessa de s’interroger sur les problèmes de son temps. Emmanuel Berl fut un esprit libre dans la lignée de Montaigne, de Voltaire et de Chamfort.

Biographie de Bernard Morlino

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire