Votre compte

En brûlant les étapes

Raphaël Geminiani (afterword_by)

Pierre Joly (other_primary_creator)


Tout le monde connaît la prestigieuse carrière de Jacques Anquetil, son palmarès sans précédent dans l’histoire du cyclisme, qui va du Grand Prix des Nations, sept fois remporté, au Trophée Baracchi, en passant par le Tour de France, qu’il gagna cinq fois, les Six jours de Paris, les Quatre de Dunkerque, Paris-Nice, Bordeaux-Paris, le Critérium national, le Tour d’Italie, le Record du Monde de l’heure, sans compter, tant la moisson est abondante, des victoires telles que le Grand Prix Martini, ceux de Lugano, de Forli... Encore ce palmarès est-il incomplet. Mais il fait mesurer l’éclat d’une carrière. Ce qui manquait, et la lacune est aujourd’hui comblée, c’est Anquetil par lui-même. Jusqu’ici l’homme s’était toujours effacé devant le champion. Dans ce livre, il se raconte dans un climat de totale vérité, en roulant, selon son expression, « le grand braquet de ses souvenirs ». Nous le voyons, enfant, dans un village normand « qui sent la pomme et la fougère » ; nous le suivons, apprenti coureur, quand il ne peut se consacrer à l’entraînement qu’après sa journée de travail ; nous sommes avec lui au moment où il effectue le pèlerinage de Novi-Ligure, où il rencontre Fausto Coppi, l’homme qu’il admire le plus. Et puis, ce sont les étapes brûlées au vent de la victoire, avec trois atouts maîtres : une merveilleuse santé, l’opiniâtreté... et la chance. C’est ici que l’on surprend l’homme tel qu’il est, puisqu’il ajoute, après avoir défini son orgueil et son goût du défi, que la victoire, c’est « une drôle de force, faite d’une addition de faiblesses ». « L’Ange des Nations », celui que certains ont appelé le « James Bond du vélo », a donné à son ami Pierre Joly, qui a assisté en journaliste à la plupart de ses courses, les clefs de sa vie : son enfance et sa mère, ses premiers copains, son entraîneur. Jacques Anquetil, ayant dit ce qu’il est et ce qu’il croit, a déclaré en lisant les épreuves de son livre : « J’ai l’impression de lire une de mes radiographies. Horreur ! Serais-je, de surcroît, un être sensible ! »

Ce livre est classé dans les catégories :

6,99 €
?

Ebook PDF

Ce format de livre numérique est plus adapté aux grands écrans (ordinateur & tablette) qu'aux petits écrans (liseuse et smartphone) car il ne permet pas d'adapter la taille de la police d'écriture.

Ebook protégé par filigrane

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier par filigrane (ou watermarking). Ce filigrane permet de relier le fichier à son propriétaire via l’apposition d’un filigrane visible ou invisible sur le fichier.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “En brûlant les étapes”

Fiche technique

Résumé

Tout le monde connaît la prestigieuse carrière de Jacques Anquetil, son palmarès sans précédent dans l’histoire du cyclisme, qui va du Grand Prix des Nations, sept fois remporté, au Trophée Baracchi, en passant par le Tour de France, qu’il gagna cinq fois, les Six jours de Paris, les Quatre de Dunkerque, Paris-Nice, Bordeaux-Paris, le Critérium national, le Tour d’Italie, le Record du Monde de l’heure, sans compter, tant la moisson est abondante, des victoires telles que le Grand Prix Martini, ceux de Lugano, de Forli... Encore ce palmarès est-il incomplet. Mais il fait mesurer l’éclat d’une carrière. Ce qui manquait, et la lacune est aujourd’hui comblée, c’est Anquetil par lui-même. Jusqu’ici l’homme s’était toujours effacé devant le champion. Dans ce livre, il se raconte dans un climat de totale vérité, en roulant, selon son expression, « le grand braquet de ses souvenirs ». Nous le voyons, enfant, dans un village normand « qui sent la pomme et la fougère » ; nous le suivons, apprenti coureur, quand il ne peut se consacrer à l’entraînement qu’après sa journée de travail ; nous sommes avec lui au moment où il effectue le pèlerinage de Novi-Ligure, où il rencontre Fausto Coppi, l’homme qu’il admire le plus. Et puis, ce sont les étapes brûlées au vent de la victoire, avec trois atouts maîtres : une merveilleuse santé, l’opiniâtreté... et la chance. C’est ici que l’on surprend l’homme tel qu’il est, puisqu’il ajoute, après avoir défini son orgueil et son goût du défi, que la victoire, c’est « une drôle de force, faite d’une addition de faiblesses ». « L’Ange des Nations », celui que certains ont appelé le « James Bond du vélo », a donné à son ami Pierre Joly, qui a assisté en journaliste à la plupart de ses courses, les clefs de sa vie : son enfance et sa mère, ses premiers copains, son entraîneur. Jacques Anquetil, ayant dit ce qu’il est et ce qu’il croit, a déclaré en lisant les épreuves de son livre : « J’ai l’impression de lire une de mes radiographies. Horreur ! Serais-je, de surcroît, un être sensible ! »

Biographie de Jacques Anquetil

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire