Votre compte

Erased


Il faut bien commencer par ne rien comprendre, par comprendre qu’on ne comprend rien, il faut accepter qu’on ne sait rien, il faut savoir qu’on ne sait rien, pour tenter quelque mouvement hors de cette gangue de silence qui nous entoure à l’évidence, et obsède certains d’entre nous. Il faut bien commencer par se sentir écrasé de silence pour avoir envie de parler, de commencer une phrase, pour se pencher aux bords du silence et basculer dans le langage.

Se défaire d’un texte que l’on a écrit, d’une œuvre d’art illustre, de son site web avant (ou après) sa mort, voire de son identité numérique tout entière, qu’est-ce que ça remue en soi ? L’acte d’effacer s’apparente-t-il à une forme de destruction ou est-il au contraire le prolongement même d’un élan créateur ? Prenant appui sur le geste de De Kooning effaçant un dessin de Rauschenberg, Isabelle Pariente-Butterlin mène une méditation qui interroge nos usages et nos disparitions (sur les réseaux et en dehors, dans l’Art et dans la vie). Entre les genres, prenant le pouls des phrases [qui] sont les sismographes de l’effacement qui parcourt le monde, un ouvrage fondamental sur l’écriture de l’absence et l’absence dans l’écriture est en train de se jouer. Éprouvant dans sa composition même le principe de l’effacement (des pans entiers de pages, gelés dans l’instant précédant leur disparition, sont amenés à la limite de la lisibilité), Erased est une clé pour qui cherche à comprendre les processus à l’œuvre dans la fabrique de la déconstruction.

Ce livre est classé dans les catégories :

5,99 €
?
Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Erased”

Fiche technique

Résumé

Il faut bien commencer par ne rien comprendre, par comprendre qu’on ne comprend rien, il faut accepter qu’on ne sait rien, il faut savoir qu’on ne sait rien, pour tenter quelque mouvement hors de cette gangue de silence qui nous entoure à l’évidence, et obsède certains d’entre nous. Il faut bien commencer par se sentir écrasé de silence pour avoir envie de parler, de commencer une phrase, pour se pencher aux bords du silence et basculer dans le langage.

Se défaire d’un texte que l’on a écrit, d’une œuvre d’art illustre, de son site web avant (ou après) sa mort, voire de son identité numérique tout entière, qu’est-ce que ça remue en soi ? L’acte d’effacer s’apparente-t-il à une forme de destruction ou est-il au contraire le prolongement même d’un élan créateur ? Prenant appui sur le geste de De Kooning effaçant un dessin de Rauschenberg, Isabelle Pariente-Butterlin mène une méditation qui interroge nos usages et nos disparitions (sur les réseaux et en dehors, dans l’Art et dans la vie). Entre les genres, prenant le pouls des phrases [qui] sont les sismographes de l’effacement qui parcourt le monde, un ouvrage fondamental sur l’écriture de l’absence et l’absence dans l’écriture est en train de se jouer. Éprouvant dans sa composition même le principe de l’effacement (des pans entiers de pages, gelés dans l’instant précédant leur disparition, sont amenés à la limite de la lisibilité), Erased est une clé pour qui cherche à comprendre les processus à l’œuvre dans la fabrique de la déconstruction.

Biographie d’Isabelle Pariente-Butterlin

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire