Votre compte

Essai sur les données immédiates de la conscience - Chapitre 2


Les penseurs, jusqu’ici, n’ont fait que concevoir le temps ; il faut désormais le vivre : tel semble être le mot d’ordre de Bergson dans le chapitre 2 de l’Essai sur les données immédiates de la conscience (1889), son premier ouvrage, où il entend « saisir la durée pure ». Notre manière ordinaire de représenter le temps est empreinte de concepts issus des mathématiques et de la physique : partant de ce constat, Bergson entame dans ce chapitre, qui est aussi une porte d’entrée à l’ensemble de sa philosophie, une réflexion sur les nombres, les horloges, les mouvements et leurs vitesses, et souligne l’impossibilité de penser adéquatement le temps par ces biais. À la représentation déformée que nous avons forgée du temps, il oppose le temps vécu de la conscience humaine, qui est le seul réel, et qu’il nous invite à ressaisir par l’introspection. Illustration : Virginie Berthemet © Flammarion

Ce livre est classé dans les catégories :

6,49 €
?

Version papier

4,48 €

Ebook protégé

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier avec la technologie Adobe DRM.

Pour lire ce livre ou le charger sur votre support de lecture, un logiciel propriétaire est nécessaire. En savoir plus.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Essai sur les données immédiates de la conscience - Chapitre 2”

Fiche technique

  • Auteur : Henri Bergson
  • préface de : Raphaël Ehrsam
  • Éditeur : Flammarion
  • Collection : GF
  • Date de parution : 05/06/13
  • EAN : 9782081312876
  • Format : ePub
  • Nombre de pages: 223
  • Protection : Contenu protégé

Résumé

Les penseurs, jusqu’ici, n’ont fait que concevoir le temps ; il faut désormais le vivre : tel semble être le mot d’ordre de Bergson dans le chapitre 2 de l’Essai sur les données immédiates de la conscience (1889), son premier ouvrage, où il entend « saisir la durée pure ». Notre manière ordinaire de représenter le temps est empreinte de concepts issus des mathématiques et de la physique : partant de ce constat, Bergson entame dans ce chapitre, qui est aussi une porte d’entrée à l’ensemble de sa philosophie, une réflexion sur les nombres, les horloges, les mouvements et leurs vitesses, et souligne l’impossibilité de penser adéquatement le temps par ces biais. À la représentation déformée que nous avons forgée du temps, il oppose le temps vécu de la conscience humaine, qui est le seul réel, et qu’il nous invite à ressaisir par l’introspection. Illustration : Virginie Berthemet © Flammarion

Biographie d’Henri Bergson

     

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire