Votre compte

État, pouvoirs et contestations dans les monarchies française et britannique


Cet ouvrage prépare à la nouvelle question d’histoire moderne du CAPES et de l’agrégation d’histoire-géographie.
La question repose sur une confrontation de deux modèles et se situe très clairement dans l’histoire politique – sans pour autant sous-tendre une conception purement institutionnelle du politique.
Les trois premiers chapitres ont donc été confiés à deux auteurs, O.  Chaline et E.  Dziembowski, ayant croisé leurs lectures et leur expérience. Les structures de la vie politique sont également traitées, à l’échelle nationale mais aussi dans les provinces (M.-L.  Legay) et dans les colonies (Fr.-J.  Ruggiu et D.  Chaunu).
Quant à la guerre, si présente dans les rapports franco-anglais, elle est au cœur de l’évolution et des remises en cause de l’État et des pouvoirs  ; sur terre comme sur mer, en Europe comme dans le reste du monde, elle demeure un élément essentiel d’affirmation de la puissance des États, qui parviennent avec plus ou moins de facilité à répondre à leur nécessité de financement par la mise en place d’un État militaro-fiscal.
Cette construction de l’État engendre contestations et révoltes de formes variées et disjointes dans le temps, induisant une approche nationale – confiée à G.  Aubert pour la France et J. P.  Poussou pour la Grande-Bretagne.
Enfin, au temps de l’«  éclatement de la foi  », l’antagonisme apparent des choix religieux des deux États ne doit pas faire sous-estimer la convergence vers une politisation croissante des questions religieuses. Car si les oppositions violentes des années 1640 rappellent les guerres de religion du xvie  siècle, les actes de résistance évoluent vers des formes moins spectaculaires de remise en cause de l’autorité de l’État, fondées sur le droit et l’appel à l’opinion (É.  Suire).

Ce livre est classé dans les catégories :

16,99 €
?

Version papier

25,00 €

Ebook protégé

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier avec la technologie Adobe DRM.

Pour lire ce livre ou le charger sur votre support de lecture, un logiciel propriétaire est nécessaire. En savoir plus.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “État, pouvoirs et contestations dans les monarchies française et britannique”

Fiche technique

Résumé

Cet ouvrage prépare à la nouvelle question d’histoire moderne du CAPES et de l’agrégation d’histoire-géographie.
La question repose sur une confrontation de deux modèles et se situe très clairement dans l’histoire politique – sans pour autant sous-tendre une conception purement institutionnelle du politique.
Les trois premiers chapitres ont donc été confiés à deux auteurs, O.  Chaline et E.  Dziembowski, ayant croisé leurs lectures et leur expérience. Les structures de la vie politique sont également traitées, à l’échelle nationale mais aussi dans les provinces (M.-L.  Legay) et dans les colonies (Fr.-J.  Ruggiu et D.  Chaunu).
Quant à la guerre, si présente dans les rapports franco-anglais, elle est au cœur de l’évolution et des remises en cause de l’État et des pouvoirs  ; sur terre comme sur mer, en Europe comme dans le reste du monde, elle demeure un élément essentiel d’affirmation de la puissance des États, qui parviennent avec plus ou moins de facilité à répondre à leur nécessité de financement par la mise en place d’un État militaro-fiscal.
Cette construction de l’État engendre contestations et révoltes de formes variées et disjointes dans le temps, induisant une approche nationale – confiée à G.  Aubert pour la France et J. P.  Poussou pour la Grande-Bretagne.
Enfin, au temps de l’«  éclatement de la foi  », l’antagonisme apparent des choix religieux des deux États ne doit pas faire sous-estimer la convergence vers une politisation croissante des questions religieuses. Car si les oppositions violentes des années 1640 rappellent les guerres de religion du xvie  siècle, les actes de résistance évoluent vers des formes moins spectaculaires de remise en cause de l’autorité de l’État, fondées sur le droit et l’appel à l’opinion (É.  Suire).

Biographie de Gauthier Aubert

Gauthier Aubert est professeur d’histoire moderne à l’université Rennes 2 et membre de Tempora (EA 7468). Spécialiste des élites urbaines dans la France des XVIIe et XVIIIe siècles, il a aussi orienté une partie de ses recherches vers les conflits politiques. Olivier Chaline, ancien élève de l’E.N.S. (Ulm) ancien élève de l’ENS, agrégé d’histoire, est professeur d’histoire moderne à la Faculté des lettres de Sorbonne Université. Il travaille sur la France, l’Europe centrale et la guerre, notamment sur mer, aux XVIIe et XVIIIe siècles. David Chaunu est doctorant en histoire, affilié au Centre Roland Mousnier (UMR 8596), et attaché temporaire d’enseignement et de recherche (ATER) à Sorbonne Université. Ses recherches portent sur la formation des empires et les relations intercoloniales dans la Caraïbe au XVIIe siècle. Edmond Dziembowski est agrégé d’histoire, professeur à l’université de Bourgogne Franche-Comté (Besançon) et membre du Centre Lucien Febvre (EA 2273). Ses recherches portent sur l’histoire politique et culturelle de la France et de la Grande-Bretagne au XVIIIe siècle. Marie-Laure Legay est agrégée d’histoire, professeur d’histoire moderne à l’université de Lille. Spécialiste d’histoire politique, elle participe depuis vingt ans à la
préparation des concours du Capes et de l’agrégation. Jean-Pierre Poussou est professeur émérite de l’université Paris-Sorbonne. Il y a enseigné pendant près de trente années l’histoire des îles Britanniques du XVIe au
début du XXe siècle. François-Joseph Ruggiu, professeur d’histoire moderne à Sorbonne Université (UMR Centre Roland Mousnier, CNRS, Sorbonne-Université), est actuellement détaché au CNRS comme directeur de recherches. Spécialiste des sociétés anglaise et française de l’époque moderne, il a publié plusieurs articles sur les noblesses coloniales et sur la formation du premier empire colonial français. Éric Suire est maître de conférences HDR en histoire moderne à l’université Bordeaux-Montaigne et membre du Centre d’études des mondes moderne et contemporain.

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire