Votre compte

Études littéraires, volume 41, numéro 3, automne 2010


Alors que la rupture de 1989 semble avoir congédié pour de bon l’esthétique de l’engagement, force est de constater que la réflexion sur littérature et politique reste bien vivante, toujours en quête d’exemples historiques de rapports moins instrumentaux entre ces deux pratiques. La convergence entre les avant-gardes du premier XXe siècle et l’anarchisme politique n’a cessé, de ce point de vue, de susciter l’intérêt. Jürgen Habermas a par exemple noté le parallélisme entre l’anarchisme comme mouvement de table rase politique et le programme esthétique des avant-gardes, cherchant à placer l’œuvre hors de toute continuité historique. Les contributions du présent numéro proposent différents éclairages de cette convergence. Dans la perspective de l’histoire des idées, le primat absolu de l’individu (à la manière de Stirner), et de sa capacité à transformer le réel, entre en résonance avec la figure de l’artiste d’avant-garde qui fait revivre l’idéal du démiurge romantique. À l’époque de la critique des institutions étatiques ou des corps intermédiaires au nom d’un idéal de démocratie radicale, la littérature a pu apparaître comme un « acte pur », permettant à celui qui la pratique d’agir directement sur la société, à l’instar des jeteurs de bombe de la fin du XIXe siècle. Ainsi, la littérature moderniste et l’anarchisme se rapprochent également par leur refus commun de la « représentation », au sens aussi bien politique qu’esthétique : ce refus peut-il pour autant ouvrir sur de nouvelles pratiques politiques ou intellectuelles ? De la fin du XIXe siècle français jusqu’à l’Allemagne de la Fraction armée rouge, en passant par les révolutions russe et chinoise, il s’agit donc dans ce dossier, à travers la référence à l’anarchisme, d’interroger plus généralement la dimension politique de la pragmatique littéraire.
8,50 €
?

Ebook PDF

Ce format de livre numérique est plus adapté aux grands écrans (ordinateur & tablette) qu'aux petits écrans (liseuse et smartphone) car il ne permet pas d'adapter la taille de la police d'écriture.

Ebook protégé par filigrane

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier par filigrane (ou watermarking). Ce filigrane permet de relier le fichier à son propriétaire via l’apposition d’un filigrane visible ou invisible sur le fichier.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Études littéraires, volume 41, numéro 3, automne 2010”

Fiche technique

Résumé

Alors que la rupture de 1989 semble avoir congédié pour de bon l’esthétique de l’engagement, force est de constater que la réflexion sur littérature et politique reste bien vivante, toujours en quête d’exemples historiques de rapports moins instrumentaux entre ces deux pratiques. La convergence entre les avant-gardes du premier XXe siècle et l’anarchisme politique n’a cessé, de ce point de vue, de susciter l’intérêt. Jürgen Habermas a par exemple noté le parallélisme entre l’anarchisme comme mouvement de table rase politique et le programme esthétique des avant-gardes, cherchant à placer l’œuvre hors de toute continuité historique. Les contributions du présent numéro proposent différents éclairages de cette convergence. Dans la perspective de l’histoire des idées, le primat absolu de l’individu (à la manière de Stirner), et de sa capacité à transformer le réel, entre en résonance avec la figure de l’artiste d’avant-garde qui fait revivre l’idéal du démiurge romantique. À l’époque de la critique des institutions étatiques ou des corps intermédiaires au nom d’un idéal de démocratie radicale, la littérature a pu apparaître comme un « acte pur », permettant à celui qui la pratique d’agir directement sur la société, à l’instar des jeteurs de bombe de la fin du XIXe siècle. Ainsi, la littérature moderniste et l’anarchisme se rapprochent également par leur refus commun de la « représentation », au sens aussi bien politique qu’esthétique : ce refus peut-il pour autant ouvrir sur de nouvelles pratiques politiques ou intellectuelles ? De la fin du XIXe siècle français jusqu’à l’Allemagne de la Fraction armée rouge, en passant par les révolutions russe et chinoise, il s’agit donc dans ce dossier, à travers la référence à l’anarchisme, d’interroger plus généralement la dimension politique de la pragmatique littéraire.

Biographie d’Uri Eisenzweig

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire