Votre compte

Études littéraires, volume 42, numéro 1, hiver 2011


L’analyse et la critique littéraire se prêtent particulièrement bien au motif de l’architecture. Les métaphores entre la littérature et l’architecture ne manquent pas : tel un architecte, un auteur est créateur de son œuvre, il en conçoit les fondations, voit évoluer la structure de son travail, et finit par habiter, explicitement ou plus subtilement, le projet qu’il a formé ou qu’il voit se dérouler sous la plume. Que son ouvrage soit fictionnel ou autobiographique, l’auteur s’y investit en travaillant ou retravaillant des souvenirs, des fantasmes, des observations, des topoï ou des mythes connus de tous. Les couches successives qui mènent à la version définitive d’un texte peuvent être vues comme autant de « brouillons de soi » (P. Lejeune) — un architecte n’est-il pas un constructeur espérant concrétiser une vision toute personnelle du monde et de l’espace ? Sans chercher à déceler dans chaque texte littéraire des indices autobiographiques, on doit remarquer que la construction d’une œuvre relève souvent du domaine de la projection : projection de ses propres obsessions dans l’imaginaire puis dans le matériau écrit, mais aussi projection comprise comme domaine de tensions entre les souvenirs, le moment de l’écriture et la vision de l’œuvre achevée. La place que tiennent l’imaginaire, le mythe et les motifs de construction et destruction dans ces formes architecturales reflètent le rôle du processus d’invention et de vision dans tout projet artistique, qu’il soit littéraire ou plastique. Ce regroupement d’articles, qui comprend des études allant de la période médiévale à la littérature contemporaine, permet ainsi d’envisager la question de l’architecture en littérature suivant plusieurs perspectives : celle de la narratologie, celle du rôle de l’imaginaire dans la construction littéraire, celle du mythe, celle de la réécriture, et celle des échos entre représentations (visuelles, d’objets) et création. Par des études qui cernent la place cruciale que jouent les structures souterraines, le rapport au temps, à l’espace et aux représentations visuelles, les liens complexes entre le concret et l’imaginaire, dans le matériau littéraire, ce volume pose des questions centrales à la définition même de la littérature.
8,50 €
?

Ebook PDF

Ce format de livre numérique est plus adapté aux grands écrans (ordinateur & tablette) qu'aux petits écrans (liseuse et smartphone) car il ne permet pas d'adapter la taille de la police d'écriture.

Ebook protégé par filigrane

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier par filigrane (ou watermarking). Ce filigrane permet de relier le fichier à son propriétaire via l’apposition d’un filigrane visible ou invisible sur le fichier.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Études littéraires, volume 42, numéro 1, hiver 2011”

Fiche technique

Résumé

L’analyse et la critique littéraire se prêtent particulièrement bien au motif de l’architecture. Les métaphores entre la littérature et l’architecture ne manquent pas : tel un architecte, un auteur est créateur de son œuvre, il en conçoit les fondations, voit évoluer la structure de son travail, et finit par habiter, explicitement ou plus subtilement, le projet qu’il a formé ou qu’il voit se dérouler sous la plume. Que son ouvrage soit fictionnel ou autobiographique, l’auteur s’y investit en travaillant ou retravaillant des souvenirs, des fantasmes, des observations, des topoï ou des mythes connus de tous. Les couches successives qui mènent à la version définitive d’un texte peuvent être vues comme autant de « brouillons de soi » (P. Lejeune) — un architecte n’est-il pas un constructeur espérant concrétiser une vision toute personnelle du monde et de l’espace ? Sans chercher à déceler dans chaque texte littéraire des indices autobiographiques, on doit remarquer que la construction d’une œuvre relève souvent du domaine de la projection : projection de ses propres obsessions dans l’imaginaire puis dans le matériau écrit, mais aussi projection comprise comme domaine de tensions entre les souvenirs, le moment de l’écriture et la vision de l’œuvre achevée. La place que tiennent l’imaginaire, le mythe et les motifs de construction et destruction dans ces formes architecturales reflètent le rôle du processus d’invention et de vision dans tout projet artistique, qu’il soit littéraire ou plastique. Ce regroupement d’articles, qui comprend des études allant de la période médiévale à la littérature contemporaine, permet ainsi d’envisager la question de l’architecture en littérature suivant plusieurs perspectives : celle de la narratologie, celle du rôle de l’imaginaire dans la construction littéraire, celle du mythe, celle de la réécriture, et celle des échos entre représentations (visuelles, d’objets) et création. Par des études qui cernent la place cruciale que jouent les structures souterraines, le rapport au temps, à l’espace et aux représentations visuelles, les liens complexes entre le concret et l’imaginaire, dans le matériau littéraire, ce volume pose des questions centrales à la définition même de la littérature.

Biographie de Guillaume Perrier

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire