Votre compte

Expositions : Pour Walter Benjamin


Napoléon : « Commander, c’est parler aux yeux. » Les regards de la foule convergent sur l’empereur, l’officiant ou l’œuvre d’art et lui confèrent une aura. Ainsi se cristallise un culte. À l’inverse, dans le panopticon carcéral de Jeremy Bentham, tous les prisonniers sont exposés au regard centrifuge du surveillant. Ces deux dispositifs optiques renvoient à deux types de société qu’ont analysés, chacun de son côté, Benjamin et Foucault. Mais dans la scène inaugurale de L’Épiphanie chrétienne ou dans l’icône byzantine, le culte et l’exposition ne sont-ils pas indissociables ? Tout comme dans ce phénomène majeur du XIXe siècle qu’est l’Exposition universelle. Zola et Manet ont leur mot à dire sur cet éclairage global du monde et sur le « déclin de l’aura » de l’œuvre d’art que Benjamin associe à la naissance de la photographie. Enfin, Warhol confirme de manière éclatante les thèses de Benjamin sur l’image reproductible ; mais il annonce aussi le culte de la seule exposition en notre présente époque de souveraineté de la technique. B.M.

Ce livre est classé dans les catégories :

5,49 €
?

Ebook protégé par filigrane

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier par filigrane (ou watermarking). Ce filigrane permet de relier le fichier à son propriétaire via l’apposition d’un filigrane visible ou invisible sur le fichier.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Expositions : Pour Walter Benjamin”

Fiche technique

Résumé

Napoléon : « Commander, c’est parler aux yeux. » Les regards de la foule convergent sur l’empereur, l’officiant ou l’œuvre d’art et lui confèrent une aura. Ainsi se cristallise un culte. À l’inverse, dans le panopticon carcéral de Jeremy Bentham, tous les prisonniers sont exposés au regard centrifuge du surveillant. Ces deux dispositifs optiques renvoient à deux types de société qu’ont analysés, chacun de son côté, Benjamin et Foucault. Mais dans la scène inaugurale de L’Épiphanie chrétienne ou dans l’icône byzantine, le culte et l’exposition ne sont-ils pas indissociables ? Tout comme dans ce phénomène majeur du XIXe siècle qu’est l’Exposition universelle. Zola et Manet ont leur mot à dire sur cet éclairage global du monde et sur le « déclin de l’aura » de l’œuvre d’art que Benjamin associe à la naissance de la photographie. Enfin, Warhol confirme de manière éclatante les thèses de Benjamin sur l’image reproductible ; mais il annonce aussi le culte de la seule exposition en notre présente époque de souveraineté de la technique. B.M.

Biographie de Brice Matthieussent

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire