Votre compte

Fantasmes de femmes - Le faire sans le dire, le dire en le faisant


On parle souvent dans les bouquins de cul du pouvoir des mots sur la libido. Dans le cas de Mathilde par lequel nous allons commencer ce fascicule, on verra agir le pouvoir d'un mot : celui de " patron ", sur son " employée " (employée doublement !) et opérer la technique qu'il employait, lui, en l'employant, elle, sexuellement : le double langage.
En apparence, le cas est des plus banals. Mathilde y joue ce personnage classique de la Commedia dell'arte porno (dérivé des amours ancillaires) : " La secrétaire qui donne son cul au boss ". Et sa façon à elle d'y prendre plaisir, c'était de " le faire sans le dire "...
À l'opposé, nous verrons dans un autre texte une fervente de l'expression orale : Laura, qui voulait qu'on lui dise " tout ". " Tout, sans rien oublier ; c'est ce qui me plaît dans la pornographie : on dit tout... On dit ce qu'on ne dit jamais dans la vie. "
À vous de voir dans quel camp vous vous rangez...


Esparbec

Ce livre est classé dans les catégories :

0,00 €
?

Ebook protégé par filigrane

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier par filigrane (ou watermarking). Ce filigrane permet de relier le fichier à son propriétaire via l’apposition d’un filigrane visible ou invisible sur le fichier.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Fantasmes de femmes - Le faire sans le dire, le dire en le faisant”

Fiche technique

  • Auteur : Esparbec
  • Éditeur : La Musardine
  • Date de parution : 16/04/15
  • EAN : 9782842716530
  • Format : ePub
  • Nombre de pages: 26
  • Protection : Digital Watermarking

Résumé

On parle souvent dans les bouquins de cul du pouvoir des mots sur la libido. Dans le cas de Mathilde par lequel nous allons commencer ce fascicule, on verra agir le pouvoir d'un mot : celui de " patron ", sur son " employée " (employée doublement !) et opérer la technique qu'il employait, lui, en l'employant, elle, sexuellement : le double langage.
En apparence, le cas est des plus banals. Mathilde y joue ce personnage classique de la Commedia dell'arte porno (dérivé des amours ancillaires) : " La secrétaire qui donne son cul au boss ". Et sa façon à elle d'y prendre plaisir, c'était de " le faire sans le dire "...
À l'opposé, nous verrons dans un autre texte une fervente de l'expression orale : Laura, qui voulait qu'on lui dise " tout ". " Tout, sans rien oublier ; c'est ce qui me plaît dans la pornographie : on dit tout... On dit ce qu'on ne dit jamais dans la vie. "
À vous de voir dans quel camp vous vous rangez...


Esparbec

Biographie d’Esparbec

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire