Votre compte

Feu d'héraclite


" Voici un livre prodigieux où l'homme qui découvrit en 1945 la structure de l'ADN s'emporte contre les dangers mortels qu'une science devenue folle fait courir à l'humanité. " Le Nouvel observateur
" Ma vie a été marquée par deux découvertes scientifiques inquiétantes : la fission de l'atome et l'élucidation de la chimie de l'hérédité. Dans un cas comme dans l'autre, c'est un noyau qui est maltraité : celui de l'atome et celui de la cellule. Dans un cas comme dans l'autre, j'ai le sentiment que la science a franchi une limite devant laquelle elle aurait dû reculer. "

Chargaff croit en la nature, mais doute radicalement de la science d'aujourd'hui. Elle est devenue trop puissante, trop soumise aux exigences de la technologie et de la finance, trop complexe et impénétrable. Scientifique, il sait de quoi il parle. Et il ne parle pas seulement avec l'autorité d'un spécialiste, mais aussi avec une âpreté critique et un amour de la polémique qui rappellent Karl Kraus, une des figures qui ont guidé sa vie.

Ce livre est classé dans les catégories :

14,99 €
?

Version papier

15,75 €

Ebook protégé par filigrane

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier par filigrane (ou watermarking). Ce filigrane permet de relier le fichier à son propriétaire via l’apposition d’un filigrane visible ou invisible sur le fichier.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Feu d'héraclite”

Fiche technique

Résumé

" Voici un livre prodigieux où l'homme qui découvrit en 1945 la structure de l'ADN s'emporte contre les dangers mortels qu'une science devenue folle fait courir à l'humanité. " Le Nouvel observateur
" Ma vie a été marquée par deux découvertes scientifiques inquiétantes : la fission de l'atome et l'élucidation de la chimie de l'hérédité. Dans un cas comme dans l'autre, c'est un noyau qui est maltraité : celui de l'atome et celui de la cellule. Dans un cas comme dans l'autre, j'ai le sentiment que la science a franchi une limite devant laquelle elle aurait dû reculer. "

Chargaff croit en la nature, mais doute radicalement de la science d'aujourd'hui. Elle est devenue trop puissante, trop soumise aux exigences de la technologie et de la finance, trop complexe et impénétrable. Scientifique, il sait de quoi il parle. Et il ne parle pas seulement avec l'autorité d'un spécialiste, mais aussi avec une âpreté critique et un amour de la polémique qui rappellent Karl Kraus, une des figures qui ont guidé sa vie.

Biographie d’Erwin Chargaff

Erwin Chargaff est né le 11 août 1905 à Czernowitz, en Ukraine, qui appartenait à l’Autriche-Hongrie. Il fait des études de chimie et de littérature à Vienne et, de 1920 à 1928, il assiste à tous les cours magistraux et conférences de Karl Kraus (« mon seul professeur »). En 1928, il part pour les États-Unis, où il est accueilli par l’Université Yale. De retour en Europe en 1930, il s’installe à Berlin. Après l’incendie du Reichstag (« Hitler a fait de moi un Juif »), il accepte un poste à Paris ; puis il retourne aux États-Unis, où, de 1935 jusqu’à sa retraite en 1974, il sera chercheur à l’Université Columbia. En 1945, en faisant des recherches sur les acides nucléiques, il découvre la structure de l’ADN et énonce les lois dites de Chargaff, avancée capitale sans laquelle la substance héréditaire de l’homme n’aurait pu être déchiffrée. En 1978, il écrit son autobiographie, Das Feuer des Heraklit (Le Feu d’Héraclite), jamais traduit en France, où il attaque la science avec une fureur biblique. Il meurt à New York, en 2002, à l’âge de 97 ans.

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire