Votre compte

Fin de saison au Palazzo Pedrotti


D'abord, en cet été 1976, la plaine lombarde écrasée de chaleur et, à l'horizon, décoloré sous un soleil de plâtre, le Palazzo Pedrotti.

À toute demeure fantastique, il faut au moins trois éléments. Un narrateur qui se laisse enfermer dans cet espace fictif. Des revenants qui le parcourent. Des peurs qui l'agitent. Autrement dit, un jeu de balancier entre présent, passé et futur...

Au Palazzo veille le comte Giuseppe Pedrotti qui vieillit auprès de son fantôme préféré, la sublime cantatrice Adélaide Belgioso qui s'enferma en 1817 avec l'un de ses ancêtres dans une petite île du lac de Garde. Deux autres femmes se joignent à la ronde : Lisa, qui tente d'arracher Giuseppe à sa rivale de l'ombre, et Henriette, torturée par une extinction de voix.

Les miroirs sont nombreux au Palazzo Pedrotti. Les reflets, les surprises, les apparitions et les découvertes aussi. Sur ses plafonds peints se disputent des amours joufflus et des muses alanguies. L'actualité italienne vient battre et mourir contre ses murs rococo. En toile de fond, la musique de Rossini et plus précisément la " divine partition de Tancrède " dont parlait déjà Stendhal...

Et toujours, comme une obsession, la canicule qui oppresse et ralentit l'action, la suspend dans son éternité romanesque.

F.V.

Ce livre est classé dans les catégories :

6,49 €
?

Version papier

7,77 €

Ebook protégé

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier avec la technologie Adobe DRM.

Pour lire ce livre ou le charger sur votre support de lecture, un logiciel propriétaire est nécessaire. En savoir plus.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Fin de saison au Palazzo Pedrotti”

Fiche technique

Résumé

D'abord, en cet été 1976, la plaine lombarde écrasée de chaleur et, à l'horizon, décoloré sous un soleil de plâtre, le Palazzo Pedrotti.

À toute demeure fantastique, il faut au moins trois éléments. Un narrateur qui se laisse enfermer dans cet espace fictif. Des revenants qui le parcourent. Des peurs qui l'agitent. Autrement dit, un jeu de balancier entre présent, passé et futur...

Au Palazzo veille le comte Giuseppe Pedrotti qui vieillit auprès de son fantôme préféré, la sublime cantatrice Adélaide Belgioso qui s'enferma en 1817 avec l'un de ses ancêtres dans une petite île du lac de Garde. Deux autres femmes se joignent à la ronde : Lisa, qui tente d'arracher Giuseppe à sa rivale de l'ombre, et Henriette, torturée par une extinction de voix.

Les miroirs sont nombreux au Palazzo Pedrotti. Les reflets, les surprises, les apparitions et les découvertes aussi. Sur ses plafonds peints se disputent des amours joufflus et des muses alanguies. L'actualité italienne vient battre et mourir contre ses murs rococo. En toile de fond, la musique de Rossini et plus précisément la " divine partition de Tancrède " dont parlait déjà Stendhal...

Et toujours, comme une obsession, la canicule qui oppresse et ralentit l'action, la suspend dans son éternité romanesque.

F.V.

Biographie de Frédéric Vitoux

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire