Votre compte

Finitude, solitude, incertitude


Dans une perspective philosophique, l'ouvrage interroge dans un premier temps les grands thèmes que la psychologie et la sociologie développent à propos du deuil : de quoi fait-on le deuil ? Comment se vit une telle épreuve ? Comment le deuil est-il ritualisé aujourd’hui ? La seconde partie qui, du point de vue méthodologique, exploite principalement les ressources de la phénoménologie, tente de dégager ce que le deuil nous enseigne à propos de ce que nous sommes en tant qu’être humain. Si les deuils sont le plus souvent douloureux, c’est parce qu’ils mettent en échec les trois désirs qui nous portent dans l’existence : les désirs de toute-puissance, de fusion et d’une vie où tout est dû. Mais dans le même instant, il nous révèle sans fard, comme un être qui se caractérise par la finitude, la solitude et l’incertitude. Vivre un deuil, c’est mourir à ce que l’on n’est pas pour tenter de se réconcilier avec ce que la vie à fait de nous.

Ce livre est classé dans les catégories :

17,99 €
?

Version papier

22,00 €

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Finitude, solitude, incertitude”

Fiche technique

Résumé

Dans une perspective philosophique, l'ouvrage interroge dans un premier temps les grands thèmes que la psychologie et la sociologie développent à propos du deuil : de quoi fait-on le deuil ? Comment se vit une telle épreuve ? Comment le deuil est-il ritualisé aujourd’hui ? La seconde partie qui, du point de vue méthodologique, exploite principalement les ressources de la phénoménologie, tente de dégager ce que le deuil nous enseigne à propos de ce que nous sommes en tant qu’être humain. Si les deuils sont le plus souvent douloureux, c’est parce qu’ils mettent en échec les trois désirs qui nous portent dans l’existence : les désirs de toute-puissance, de fusion et d’une vie où tout est dû. Mais dans le même instant, il nous révèle sans fard, comme un être qui se caractérise par la finitude, la solitude et l’incertitude. Vivre un deuil, c’est mourir à ce que l’on n’est pas pour tenter de se réconcilier avec ce que la vie à fait de nous.

Biographie de Jean-Michel Longneaux

Dans une perspective philosophique, l'ouvrage interroge dans un premier temps les grands thèmes que la psychologie et la sociologie développent à propos du deuil : de quoi fait-on le deuil ? Comment se vit une telle épreuve ? Comment le deuil est-il ritualisé aujourd’hui ? La seconde partie qui, du point de vue méthodologique, exploite principalement les ressources de la phénoménologie, tente de dégager ce que le deuil nous enseigne à propos de ce que nous sommes en tant qu’être humain. Si les deuils sont le plus souvent douloureux, c’est parce qu’ils mettent en échec les trois désirs qui nous portent dans l’existence : les désirs de toute-puissance, de fusion et d’une vie où tout est dû. Mais dans le même instant, il nous révèle sans fard, comme un être qui se caractérise par la finitude, la solitude et l’incertitude. Vivre un deuil, c’est mourir à ce que l’on n’est pas pour tenter de se réconcilier avec ce que la vie à fait de nous.

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire