Votre compte

Fins des biens et des maux

José Kani-Turpin (introduction_and_notes_by)


« Que poursuit la Nature comme la chose la plus désirable de toutes ? Que fuit-elle comme le pire des maux ? » Pour répondre à ces questions et tenter ainsi de déterminer la Fin de l’homme, seule garante de la « vie heureuse », Cicéron convoque dans son premier traité éthique (45 av. J.-C.) les philosophies post-aristotéliciennes, confronte leurs « arts de vivre », et juge leur aptitude respective à assurer le bonheur. La forme dialoguée fait saisir sur le vif comment des éthiques si différentes (en particulier épicurienne et stoïcienne) ont été construites à partir de la « tendance première » des êtres vivants – un principe dont le choix constitue une innovation souvent méconnue. Ce texte offre, sur la période hellénistique et les dernières années de la République romaine, un témoignage d’autant plus exceptionnel que les œuvres des auteurs mentionnés sont perdues. Et, parce qu’il met au cœur des débats la notion d’honestum, insiste sur le « métier » d’homme et défend la « société » universelle, Cicéron se révèle « premier avocat de l’idée d’humanité » (Stefan Zweig). Cette traduction du De finibus bonorum et malorum est la première complète en français depuis les années 1930.

Ce livre est classé dans les catégories :

14,99 €
?

Version papier

15,00 €

Ebook protégé

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier avec la technologie Adobe DRM.

Pour lire ce livre ou le charger sur votre support de lecture, un logiciel propriétaire est nécessaire. En savoir plus.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Fins des biens et des maux”

Fiche technique

  • Auteur : Ciceron
  • introduction et notes de : José Kani-Turpin
  • Éditeur : Flammarion
  • Collection : GF
  • Date de parution : 16/03/16
  • EAN : 9782081387386
  • Format : ePub
  • Nombre de pages: 338
  • Protection : Contenu protégé

Résumé

« Que poursuit la Nature comme la chose la plus désirable de toutes ? Que fuit-elle comme le pire des maux ? » Pour répondre à ces questions et tenter ainsi de déterminer la Fin de l’homme, seule garante de la « vie heureuse », Cicéron convoque dans son premier traité éthique (45 av. J.-C.) les philosophies post-aristotéliciennes, confronte leurs « arts de vivre », et juge leur aptitude respective à assurer le bonheur. La forme dialoguée fait saisir sur le vif comment des éthiques si différentes (en particulier épicurienne et stoïcienne) ont été construites à partir de la « tendance première » des êtres vivants – un principe dont le choix constitue une innovation souvent méconnue. Ce texte offre, sur la période hellénistique et les dernières années de la République romaine, un témoignage d’autant plus exceptionnel que les œuvres des auteurs mentionnés sont perdues. Et, parce qu’il met au cœur des débats la notion d’honestum, insiste sur le « métier » d’homme et défend la « société » universelle, Cicéron se révèle « premier avocat de l’idée d’humanité » (Stefan Zweig). Cette traduction du De finibus bonorum et malorum est la première complète en français depuis les années 1930.

Biographie de Ciceron

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire