Votre compte

Gare aux chasseurs de tête


Qui n'a pas, un jour ou l'autre, rencontré sa Sylvana Le Pan ? La mienne a débarqué au début de l'été. Elle était belle, déboussolée. Elle avait une revanche à prendre. Apparemment, son mal de vivre nous concernait, son échec aurait pu être le nôtre. Du jour au lendemain, ça a été le branle-bas de combat. Le monde vivait sur un baril de dynamite et c'était nous, à Kalamazoo, qui risquions d'exploser. L'holocauste était dans nos murs. Les chasseurs de têtes. Ceux qui manient la flèche et le curare. Toute la famille y est passée. Sylvana avait décidé d'aller jusqu'au bout. De triompher de ses haines et de ses incohérences. Donc de gagner. Elle chargeait quand même un peu le rôle. En fin de compte, ça été moi, le dindon de la farce. Moi, Zé Cinnamo. Car, négliger ses fictions, ç'aurait été sans doute avouer mes propres défaites. Oublier qui j'étais. Alors je l'ai suivie. À la boucherie. Tête baissée.
6,49 €
?

Ebook PDF

Ce format de livre numérique est plus adapté aux grands écrans (ordinateur & tablette) qu'aux petits écrans (liseuse et smartphone) car il ne permet pas d'adapter la taille de la police d'écriture.

Ebook protégé par filigrane

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier par filigrane (ou watermarking). Ce filigrane permet de relier le fichier à son propriétaire via l’apposition d’un filigrane visible ou invisible sur le fichier.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Gare aux chasseurs de tête”

Fiche technique

Résumé

Qui n'a pas, un jour ou l'autre, rencontré sa Sylvana Le Pan ? La mienne a débarqué au début de l'été. Elle était belle, déboussolée. Elle avait une revanche à prendre. Apparemment, son mal de vivre nous concernait, son échec aurait pu être le nôtre. Du jour au lendemain, ça a été le branle-bas de combat. Le monde vivait sur un baril de dynamite et c'était nous, à Kalamazoo, qui risquions d'exploser. L'holocauste était dans nos murs. Les chasseurs de têtes. Ceux qui manient la flèche et le curare. Toute la famille y est passée. Sylvana avait décidé d'aller jusqu'au bout. De triompher de ses haines et de ses incohérences. Donc de gagner. Elle chargeait quand même un peu le rôle. En fin de compte, ça été moi, le dindon de la farce. Moi, Zé Cinnamo. Car, négliger ses fictions, ç'aurait été sans doute avouer mes propres défaites. Oublier qui j'étais. Alors je l'ai suivie. À la boucherie. Tête baissée.

Biographie de Christian-Yves Lhostis

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire