Votre compte

Gilda, je t'aime, à bas le travail !

Michel Le Bris (series_edited_by)

Jean-Pierre Le Dantec (series_edited_by)


Peinte sur les murs d’une usine, à Sochaux, en mai 68, une phrase a de quoi choquer. Il reste qu’elle précède cet autre cri, celui des ouvriers de Pechiney Noguères qui, durant l’été 73, écrivent dans un tract : « Des travailleurs jeunes et en bonne santé sont entrés dans cette entreprise avec leurs illusions. Après quinze ans, ils se retrouvent usés, diminués, handicapés, désabusés. » L’usine, les bureaux, chacun s’y rend. Pour y faire quoi ? Mourir à petit feu. Mais une désobéissance se fait sentir. L’outil de travail ne bénéficie plus du même respect. De nouveaux slogans surgissent : « Pour gagner sa vie, faut-il la perdre ? » Mal du siècle ? Une nouvelle fringale exister — se manifeste. On dirait comme un éveil...

Ce livre est classé dans les catégories :

6,49 €
?

Ebook PDF

Ce format de livre numérique est plus adapté aux grands écrans (ordinateur & tablette) qu'aux petits écrans (liseuse et smartphone) car il ne permet pas d'adapter la taille de la police d'écriture.

Ebook protégé par filigrane

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier par filigrane (ou watermarking). Ce filigrane permet de relier le fichier à son propriétaire via l’apposition d’un filigrane visible ou invisible sur le fichier.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Gilda, je t'aime, à bas le travail !”

Fiche technique

Résumé

Peinte sur les murs d’une usine, à Sochaux, en mai 68, une phrase a de quoi choquer. Il reste qu’elle précède cet autre cri, celui des ouvriers de Pechiney Noguères qui, durant l’été 73, écrivent dans un tract : « Des travailleurs jeunes et en bonne santé sont entrés dans cette entreprise avec leurs illusions. Après quinze ans, ils se retrouvent usés, diminués, handicapés, désabusés. » L’usine, les bureaux, chacun s’y rend. Pour y faire quoi ? Mourir à petit feu. Mais une désobéissance se fait sentir. L’outil de travail ne bénéficie plus du même respect. De nouveaux slogans surgissent : « Pour gagner sa vie, faut-il la perdre ? » Mal du siècle ? Une nouvelle fringale exister — se manifeste. On dirait comme un éveil...

Biographie de Jean-Pierre Barou

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire