Votre compte

Instituteur & sergent

Rémy Cazals (series_edited_by)

Claude Rivals (foreword_by)


Georges Caubet, né à Toulouse en 1887, entre à l’École normale d’Instituteurs de cette ville en 1904. Il enseigne à partir de 1908. Mobilisé le 4 août 1914, il écrit les moments les plus forts de la Grande Guerre : Verdun, sa capture à la tête de ses hommes, sa captivité pendant les six derniers mois. Il assiste, de l’intérieur, à la défaite allemande. En 1919, il obtient le poste de Fenouillet dans la proche banlieue, à la fois rurale et ouvrière, de Toulouse. Il met au propre ses carnets, et lit à ses élèves ces “Mémoires d’un sergent” que certains n’ont pas oubliés. Claude Rivals, professeur à l’Université de Toulouse Le Mirail, auteur d’ouvrages remarqués sur les moulins et les meuniers, les ruches, l’habitat rural, a toujours porté intérêt aux récits autobiographiques (voir, par exemple, Pierre Roullet, la vie d’un meunier). À Fenouillet, il a écouté son père parlant des “Mémoires d’un sergent”. Il a retrouvé la fille de Georges Caubet qui avait conservé les fameux cahiers. Mais, rapporter ces textes ne suffisait pas, il fallait essayer de connaître la personnalité de cet instituteur-sergent et, pour cela, recueillir le témoignage de ses anciens élèves qui ont aujourd’hui entre 75 et 85 ans.

Ce livre est classé dans les catégories :

6,49 €
?

Ebook protégé par filigrane

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier par filigrane (ou watermarking). Ce filigrane permet de relier le fichier à son propriétaire via l’apposition d’un filigrane visible ou invisible sur le fichier.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Instituteur & sergent”

Fiche technique

Résumé

Georges Caubet, né à Toulouse en 1887, entre à l’École normale d’Instituteurs de cette ville en 1904. Il enseigne à partir de 1908. Mobilisé le 4 août 1914, il écrit les moments les plus forts de la Grande Guerre : Verdun, sa capture à la tête de ses hommes, sa captivité pendant les six derniers mois. Il assiste, de l’intérieur, à la défaite allemande. En 1919, il obtient le poste de Fenouillet dans la proche banlieue, à la fois rurale et ouvrière, de Toulouse. Il met au propre ses carnets, et lit à ses élèves ces “Mémoires d’un sergent” que certains n’ont pas oubliés. Claude Rivals, professeur à l’Université de Toulouse Le Mirail, auteur d’ouvrages remarqués sur les moulins et les meuniers, les ruches, l’habitat rural, a toujours porté intérêt aux récits autobiographiques (voir, par exemple, Pierre Roullet, la vie d’un meunier). À Fenouillet, il a écouté son père parlant des “Mémoires d’un sergent”. Il a retrouvé la fille de Georges Caubet qui avait conservé les fameux cahiers. Mais, rapporter ces textes ne suffisait pas, il fallait essayer de connaître la personnalité de cet instituteur-sergent et, pour cela, recueillir le témoignage de ses anciens élèves qui ont aujourd’hui entre 75 et 85 ans.

Biographie de Georges Caubet

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire