Votre compte

Jackpot !


Un obscur petit fonctionnaire, sur les conseils d’un curieux marchand de biens franco-chinois, se lance dans l’achat et la rénovation d’appartements. Au fil de ses acquisitions, surfant sur la bulle immobilière de la capitale, accompagné d’un fidèle homme à tout faire qui réhabilite à la perfection ses logements, le jeune homme se retrouve rapidement à la tête d’une véritable fortune. Gérer un tel jackpot va s’avérer délicat... D’autant que la mort accidentelle d’une ex-employée envoie les deux hommes à la prison de la Santé. Depuis leur cellule, qu’ils retapent de fond en comble, le duo entreprend de déradicaliser les détenus. Le succès de cette dernière entreprise remonte jusqu’à l’Élysée. Le gouvernement engage alors ces drôles de missionnaires à exporter leur méthode explosive jusqu’en Indonésie...

Une fresque insolente et iconoclaste sur le monde actuel et ses contradictions. Mondialisation, islamisation, manipulation sont les maîtres-mots de cette fantaisie littéraire politiquement très incorrecte.

12,99 €
?
Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Jackpot !”

Fiche technique

Résumé

Un obscur petit fonctionnaire, sur les conseils d’un curieux marchand de biens franco-chinois, se lance dans l’achat et la rénovation d’appartements. Au fil de ses acquisitions, surfant sur la bulle immobilière de la capitale, accompagné d’un fidèle homme à tout faire qui réhabilite à la perfection ses logements, le jeune homme se retrouve rapidement à la tête d’une véritable fortune. Gérer un tel jackpot va s’avérer délicat... D’autant que la mort accidentelle d’une ex-employée envoie les deux hommes à la prison de la Santé. Depuis leur cellule, qu’ils retapent de fond en comble, le duo entreprend de déradicaliser les détenus. Le succès de cette dernière entreprise remonte jusqu’à l’Élysée. Le gouvernement engage alors ces drôles de missionnaires à exporter leur méthode explosive jusqu’en Indonésie...

Une fresque insolente et iconoclaste sur le monde actuel et ses contradictions. Mondialisation, islamisation, manipulation sont les maîtres-mots de cette fantaisie littéraire politiquement très incorrecte.

Biographie de Stéphane Boudy

Ancien enseignant, candidat à diverses élections, Stéphane Boudy écrit aussi volontiers des romans dans le train qui l'emmène vers l'Asie du Sud-Est. Stéphane Boudy habite aux Chartrons avec vue sur le marché mais voyage souvent.

«Je suis le Cendrars des Chartrons », rigole Stéphane Boudy. Sauf que lui, le Transsibérien, il le prend vraiment. Plus exactement sa variante transmongolienne pour poser son sac en Asie du Sud-Est, ce qu'il fait régulièrement. Évidemment, ce n'est pas le plus court chemin. Bordeaux-Moscou via les pays Baltes en bus ou en train, Moscou-Pékin en train encore avec escales optionnelles à Oulan-Bator ou Novossibirsk, puis Pékin-Hanoï, Pékin-Phnom Penh ou Pékin- Vientiane en bus selon qu'il choisit le Vietnam, le Cambodge ou le Laos.

« La première fois que j'ai choisi ce périple, c'était à cause de Blaise Cendrars, qui est un de mes écrivains fétiches. Maintenant, j'ai peur de l'avion et le voyage m'offre juste le temps qu'il faut pour écrire. Un mois et demi de trajet, ça me fait un bouquin de 100 pages », dit le Bordelais, qui se pique parfois de politique (une centaine de voix aux législatives 2012 sous l'étiquette « Bordeaux à gauche »).

Le dernier voyage a donné « Les Appartements d'Indochine » (éditions Gunten). Où l'auteur raconte ses démêlés parfois cocasses avec des banquiers et des agents immobiliers à un moment de sa vie où il achète des appartements pour les louer... tout en se prenant de passion pour Dien Bien Phu, ultime et absurde bataille de la guerre d'Indochine. Histoire vraie.

Aller au feu

« Dien Bien Phu, j'y suis allé pour la première fois en 2003, en Jeep depuis Hanoï. Je ne sais pas pourquoi cette histoire continue à me fasciner. Ou plutôt si, je sais : c'est là que j'ai rencontré la politique. La politique, pour moi, c'est aller au feu. De façon désintéressée qui plus est. Quoique l'on puisse penser de la colonisation et des guerres, c'est ce qu'ont fait les combattants en sachant qu'ils allaient mourir. Aujourd'hui encore, leurs fantômes dorment dans les rizières, c'est très impressionnant. »

Depuis, quand il ne voyage pas, Stéphane Boudy recueille les témoignages d'anciens combattants d'Indochine qu'il produit avec la Compagnie du Barrage. « J'avais déjà fait ça avec des résistants en Dordogne. Mais je ne revendique pas un travail d'historien. Ce qui m'intéresse, c'est la mémoire. » Et, quand il ne filme pas, il accompagne la même compagnie, fondée par Maud Andrieux, en tournée dans le réseau des Alliances françaises ou des Instituts français.

La compagnie a notamment donné « Barrage contre le Pacifique », d'après Marguerite Duras au Vietnam et au Cambodge, « Le Vice-consul », toujours d'après Duras, récemment à Paris après Bordeaux.

La Thaïlande aussi

En revanche, « Indochine », précédent spectacle d'après un précédent roman de Stéphane Boudy, « L'avion-musique » n'a pas pu tourner au Vietnam. Pas assez de référence à Ho Chi Minh, le héros incontournable de l'indépendance. Le Bordelais y racontait le destin de trois aviateurs français au-dessus de Dien Bien Phu. Déjà. Ou encore.

« Mais tout m'intéresse en Asie du Sud-Est. La Thaïlande, par exemple, qui n'a jamais été colonisée, même si Louis XIV a fait des tentatives. »

L'ancien prof de philo racontera peut-être un jour les aventureuses ambassades françaises au vieux pays de Siam. Il lui faudra prendre le Transsibérien. Sinon, la politique, le fondateur du PIC (Parti indépendant pour la culture) y pense toujours. Mais pour les municipales de 2014, il réserve sa réponse.

Journal « Sud-Ouest » du 05/03/2013 (photo claude petit)

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire