Votre compte

Jacques Delors : l'homme qui dit non


Tout le monde l’imaginait déjà à l’Élysée. Avec les sondages les plus pointus, il crevait les plafonds de la popularité et laissait, loin derrière lui, Balladur et Chirac. La gauche avait trouvé son sauveur… Soudain, alors qu’il se tourne vers le visage souriant et les yeux bleus d’Anne Sinclair, sa voix devient plus grave, son ton plus solennel. Delors va dire non ! On le devine dès les premiers mots de ce texte préparé qu’il a sous la main et qu’il va lire. « Sept sur Sept », le 11 décembre 1994… Jacques Delors ne sera donc pas candidat à la présidence de la République. Il est l’homme qui dit non. Par deux fois déjà dans une carrière particulièrement atypique, il a refusé le poste de Premier ministre. À gauche sous le Chaban de la Nouvelle Société à la fin des années soixante, à droite sous le Mitterrand de la rigueur en 1983, Delors peut à la fois lire le catéchisme et Karl Marx. Gabriel Milesi nous raconte ici comment et pourquoi Jacques Delors n’est pas allé jusqu’au bout de son chemin. Il restera le président mythique de l’Europe, à l’écart d’un parti socialiste qui ne lui voulait pas que du bien. Truffé d’anecdotes et de révélations piquantes, Jacques Delors, l’homme qui dit non, se lit comme un vrai roman politique.

Ce livre est classé dans les catégories :

7,99 €
?

Version papier

11,89 €

Ebook PDF

Ce format de livre numérique est plus adapté aux grands écrans (ordinateur & tablette) qu'aux petits écrans (liseuse et smartphone) car il ne permet pas d'adapter la taille de la police d'écriture.

Ebook protégé par filigrane

L’éditeur de ce livre a choisi de protéger ce fichier par filigrane (ou watermarking). Ce filigrane permet de relier le fichier à son propriétaire via l’apposition d’un filigrane visible ou invisible sur le fichier.

Vérifier la compatibilité de vos supports

Vous aimerez aussi

Fiche détaillée de “Jacques Delors : l'homme qui dit non”

Fiche technique

Résumé

Tout le monde l’imaginait déjà à l’Élysée. Avec les sondages les plus pointus, il crevait les plafonds de la popularité et laissait, loin derrière lui, Balladur et Chirac. La gauche avait trouvé son sauveur… Soudain, alors qu’il se tourne vers le visage souriant et les yeux bleus d’Anne Sinclair, sa voix devient plus grave, son ton plus solennel. Delors va dire non ! On le devine dès les premiers mots de ce texte préparé qu’il a sous la main et qu’il va lire. « Sept sur Sept », le 11 décembre 1994… Jacques Delors ne sera donc pas candidat à la présidence de la République. Il est l’homme qui dit non. Par deux fois déjà dans une carrière particulièrement atypique, il a refusé le poste de Premier ministre. À gauche sous le Chaban de la Nouvelle Société à la fin des années soixante, à droite sous le Mitterrand de la rigueur en 1983, Delors peut à la fois lire le catéchisme et Karl Marx. Gabriel Milesi nous raconte ici comment et pourquoi Jacques Delors n’est pas allé jusqu’au bout de son chemin. Il restera le président mythique de l’Europe, à l’écart d’un parti socialiste qui ne lui voulait pas que du bien. Truffé d’anecdotes et de révélations piquantes, Jacques Delors, l’homme qui dit non, se lit comme un vrai roman politique.

Biographie de Gabriel Milési

Avis des internautes


Aucun commentaire n'a été posté sur ce livre.

Ajouter votre commentaire